Enquête sur la fermeture abrupte de la plateforme Mt.Gox

mercredi 26 février 2014 09h37
 

TOKYO (Reuters), 26 février - Les autorités japonaises se penchent sur la fermeture abrupte de Mt. Gox, autrefois principale plateforme d'échange de bitcoins, a déclaré mercredi un porte-parole du gouvernement, qui a ainsi réagi pour la première fois officiellement à ce que pourrait être un rude coup porté à l'existence de cette monnaie virtuelle.

"A ce stade, les autorités compétentes - la police, le ministère des Finances et d'autres - rassemblent des éléments du dossier", a déclaré Yoshihide Suga, secrétaire général du gouvernement, lors d'un point presse.

Il a refusé de commenter un article du Wall Street Journal disant que Mt. Gox avait reçu une sommation à comparaître de la part de procureurs fédéraux de New York.

L'Agence des services financiers japonaise ainsi que le ministère des Finances ont dit mardi à Reuters qu'ils n'avaient plus d'autorité sur Mt. Gox maintenant que le site était fermé et qu'ils avaient tenté en vain de contacter des responsables de la plateforme.

La Banque du Japon a pour sa part renvoyé à des commentaires précédents de son gouverneur Haruhiko Kuroda disant que la banque centrale était "très intéressée" par les bitcoins.

Depuis mardi, la plateforme Mt. Gox n'est plus accessible via son site internet où, sur la page d'accueil, ne figure plus qu'un message laconique indiquant que toutes les transactions sont interrompues pour le moment.

Utilisées pour transférer des fonds ou faire des achats notamment sur internet, les monnaies virtuelles connaissent un succès croissant et le cours du bitcoin a fortement progressé, dépassant en décembre la barre symbolique des 1.000 dollars. Il s'est depuis effondré, passant de plus de 800 dollars début février à 135 dollars.

Mt. Gox, qui était auparavant une plateforme d'échange de cartes à jouer de collection, est peu à peu devenue un acteur majeur de la galaxie bitcoin. Elle s'est attirée de nombreuses critiques, émanant de plateformes concurrentes ou d'investisseurs s'estimant floués, qui lui reprochent un certain laxisme, notamment au niveau de la sécurité.

Prié de dire si Mt. Gox était morte, son directeur général Mark Karpeles a répondu par courriel mardi : "Nous devrions faire une annonce très rapidement. Notre activité est à un tournant. Je ne peux pas vous en dire davantage parce qu'il y a d'autres parties prenantes."

(Kazuhiko Tamaki, Benoît Van Overstraeten et Nicolas Delame pour le service français, édité par Véronique Tison)

 
LES PLUS IMPORTANTES PLATEFORMES D’ÉCHANGE DE BITCOINS