Microsoft pourrait racheter Yahoo sans grosse prime

mercredi 9 juillet 2008 20h16
 

par Eric Auchard

SAN FRANCISCO (Reuters) - Alors que Yahoo s'attache à poursuivre une stratégie d'indépendance, des éléments que le géant de l'internet ne maîtrise pas le rendent de plus en plus vulnérable à une nouvelle offre de rachat par Microsoft, sans l'augmentation de la prime escomptée par les actionnaires, estiment des analystes.

L'offre initiale de la firme de Redmond, en numéraire et en actions, s'élevait à 44,6 milliards de dollars et proposait 31 dollars par action du portail internet.

Le groupe fondé par Bill Gates a ensuite revu son offre à la hausse, proposant 33 dollars par action Yahoo, pour un total de 47,5 milliards de dollars, avant de renoncer à son projet en mai, alors que Yahoo réclamait 37 dollars par action.

Le cours du titre Yahoo varie désormais en fonction des conjectures sur le prix que Microsoft finira par proposer.

Au début du mois, alors que tout espoir d'une nouvelle offre s'était évaporé, Yahoo a plongé à 19,59 dollars, près de son niveau de cours du mois de janvier, avant que le géant du logiciel ne lance sa première offre.

Avec le retour sur scène de Microsoft en tant qu'acquéreur potentiel, le titre du portail internet a dépassé 24 dollars mardi sur le Nasdaq.

Microsoft a indiqué lundi qu'il avait renoncé à négocier avec la direction actuelle mais qu'il était prêt à rouvrir les discussions immédiatement si le milliardaire Carl Icahn, actionnaire de Yahoo, prenait le contrôle du conseil d'administration lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires, prévue le 1er août.

INQUIÉTUDES SUR LES RECETTES PUBLICITAIRES   Suite...

 
<p>Selon les analystes, alors que Yahoo s'attache &agrave; poursuivre une strat&eacute;gie d'ind&eacute;pendance, des &eacute;l&eacute;ments que le g&eacute;ant de l'internet ne ma&icirc;trise pas le rendent de plus en plus vuln&eacute;rable &agrave; une nouvelle offre de rachat par Microsoft, sans l'augmentation de la prime escompt&eacute;e par les actionnaires. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>