Google Earth pointe les camps de réfugiés gérés par l'Onu

mercredi 9 avril 2008 13h05
 

par Laura MacInnis

GENEVE (Reuters) - Google Earth, le service de cartographie du premier moteur de recherche, tente de convaincre les experts des Nations unies qu'il pourrait permettre d'éveiller les consciences sur la situation dans les camps de réfugiés à travers le monde et, potentiellement, de drainer des fonds.

Les utilisateurs du site, sur lequel on peut visionner des images en trois dimensions et zoomer sur des lieux géographiques, peuvent désormais découvrir des plans resserrés de camps de réfugiés gérés par l'Onu et des projets humanitaires en cours.

Rebecca Moore, qui dirige Earth Outreach chez Google, a déclaré que les photos en haute définition des zones en crise permettaient de sensibiliser un large public qui, sans ce service, ne les aurait jamais vues.

Parmi les 350 millions de personnes qui ont téléchargé Google Earth, beaucoup l'utilisent pour scruter leur destination de vacances ou pour découvrir d'autres endroits du monde vus du ciel. Les images satellites sont en général actualisées tous les mois, mais pour certains endroits il n'existe aucune photo publique.

Moore a plaidé pour Google Earth devant des spécialistes de l'aide humanitaire réunis au siège du Haut commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), arguant que des interviews vidéo de réfugiés, des photos de déplacés et des textes pédagogiques pouvaient être ajoutés en toile de fond pour informer les visiteurs.

"Utilisez Google pour raconter votre histoire", leur a-t-elle dit.

Tout en zoomant sur des images de camps de réfugiés au Tchad, en Irak et en Colombie - à des degrés divers de précision qui vont du relief général aux tentes -, Moore a déclaré que les développeurs avaient d'abord conçu cet outil comme "l'ultime jeu vidéo".

Puis, a-t-elle dit, "nous avons réalisé que Google Earth avait le potentiel pour être un outil beaucoup important et éloquent".   Suite...

 
<p>D&eacute;monstration Google Earth sur &eacute;cran tactile au Consumer Electronics Show de Las Vegas. Le service de cartographie du premier moteur de recherche, tente de convaincre les experts des Nations unies qu'il peut &eacute;veiller les consciences sur la situation dans les camps de r&eacute;fugi&eacute;s &agrave; travers le monde et, potentiellement, de drainer des fonds, gr&acirc;ce &agrave; leur localisation sur ses cartes. /Photo prise le 8 janvier 2008/REUTERS/Rick Wilking</p>