SanDisk rejette l'offre d'achat formulée par Samsung

mercredi 17 septembre 2008 12h02
 

SEOUL/SAN FRANCISCO (Reuters) - Le fabricant américain de mémoires flash SanDisk a rejeté l'offre d'achat de 5,9 milliards de dollars (4,15 milliards d'euros) formulée mardi soir par le coréen Samsung Electronics, sans exclure la possibilité d'un accord à un prix amélioré.

L'acquisition de SanDisk permettrait à Samsung de réduire le coût des licences qu'il paye à SanDisk pour utiliser la technologie de l'américain dans les mémoires flash, utilisées dans les appareils photo numériques, les téléphones portables et les baladeurs numériques. Le coût de ces licences représente plus de 350 millions de dollars par an.

L'absorption de SanDisk permettrait aussi au coréen d'accentuer sa primauté sur un marché des mémoires flash dont la saturation a fait dégringoler les prix.

SanDisk, dans un communiqué, a fait savoir que l'offre de Samsung à 26 dollars par action en numéraire - qui représente une prime de 80% par rapport au cours de clôture du titre lundi sur le Nasdaq - sous-évaluait l'entreprise.

Mais il a ajouté qu'il restait ouvert à un accord avec Samsung à un prix qui refléterait la "valeur intrinsèque" de SanDisk.

Samsung n'a pas encore pris de décision sur l'éventualité d'une offre améliorée, a indiqué un porte-parole de Samsung à Séoul.

Une transaction à ce niveau de prix constituerait la plus grosse acquisition jamais réalisée par Samsung, qui n'a pas recouru jusqu'ici à de grosses fusions/acquisitions.

Le titre SanDisk a fait un bond de 53% à 23 dollars dans les transactions d'après-Bourse mardi à New-York.

Samsung, la plus grosse valeur de la Bourse de Séoul, a fini inchangé mercredi. L'annonce de son offre a fait suite à des mois de discussions confidentielles infructueuses. Elle a été précipitée par l'initiative du japonais Toshiba, le numéro deux mondial du secteur, qui s'est mardi déclaré ouvert à un partenariat avec SanDisk, avec lequel il exploite déjà une usine de production de mémoires au Japon.   Suite...

 
<p>Le fabricant am&eacute;ricain de m&eacute;moires flash SanDisk a rejet&eacute; l'offre d'achat de 5,9 milliards de dollars (4,15 milliards d'euros) formul&eacute;e mardi soir par le cor&eacute;en Samsung Electronics, sans exclure la possibilit&eacute; d'un accord &agrave; un prix am&eacute;lior&eacute;. /Photo prise le 17 septembre 2008/REUTERS/Bobby Yip</p>