Les groupes de TMT sont face au ralentissement économique

vendredi 16 mai 2008 15h49
 

par Georgina Prodhan et Jim Finkle

FRANCFORT/BOSTON (Reuters) - Les groupes de technologie, de médias et télécoms (TMT) ont résisté à la crise mondiale du crédit mais l'accentuation du ralentissement économique américain risque de peser sur leurs performances.

Les patrons de grands groupes du secteur, qui participeront au TMT Summit organisé par Reuters à Paris, New York et Singapour du 19 au 22 mai, seront interrogés sur les conséquences, sur leur activité, de la baisse du pouvoir d'achat des ménages.

Les résultats du premier trimestre ont soulagé les investisseurs de groupes comme IBM, Intel et Google, mais le secteur pourrait n'avoir que peu de temps pour se préparer aux prochains défis.

La crise du crédit a principalement pesé sur le secteur financier, qui représente une part importante de la clientèle des fournisseurs d'équipements informatiques, de logiciels et de services télécoms, mais qui a également besoin d'innovations technologiques pour améliorer sa productivité.

Trip Chowdhry, analyste chez Global Equities Research, a estimé qu'aucun groupe de technologie n'échapperait à l'impact du ralentissement économique mondial.

"Au final, le client de chaque société technologique est un consommateur et le consommateur a de plus en plus de difficultés. La crise se répercute sur l'ensemble de la chaîne économique", a-t-il observé.

Des dirigeants d'entreprises de services informatiques ou de progiciels soulignent cependant que le fait qu'ils s'adressent aux professionnels les protège de la crise et que la nature des produits et services qu'ils proposent pourrait au contraire leur permettre de profiter des difficultés économiques. Paul Hermelin, directeur général de Cap Gemini, participera au TMT Summit à Paris.

Quant à Nokia, pourtant orienté vers le grand public, il fait valoir que les téléphones portables sont devenus indispensables à la vie quotidienne. Le directeur financier Rick Simonson du groupe sera présent au TMT Summit à New York.   Suite...

 
<p>Didier Lombard, patron de France T&eacute;l&eacute;com. Les groupes de technologie, de m&eacute;dias et t&eacute;l&eacute;coms (TMT) ont r&eacute;sist&eacute; &agrave; la crise mondiale du cr&eacute;dit mais l'accentuation du ralentissement &eacute;conomique am&eacute;ricain risque de peser sur leurs performances. /Photo prise le 9 avril 2008/REUTERS/Eric Gaillard</p>