Carl Icahn veut obliger Yahoo à accepter l'offre de Microsoft

vendredi 16 mai 2008 08h46
 

par Dane Hamilton

NEW YORK (Reuters) - L'investisseur milliardaire Carl Icahn a relancé jeudi les spéculations sur un rachat de Yahoo par Microsoft en annonçant son intention de renverser le conseil d'administration de Yahoo, qu'il accuse d'avoir agi de façon "irrationnelle" en refusant l'offre de 47,5 milliards de dollars de l'éditeur de logiciels.

Dans une lettre adressée au président du moteur de recherche Roy Bostock, Icahn précise détenir au total 59 millions d'actions et d'options Yahoo, soit environ 4,3% du capital, et avoir dressé une liste de dix candidats au conseil d'administration de Yahoo en vue de l'assemblée générale prévue le 3 juillet.

Il espère alors faire élire ces administrateurs, qui appuieraient l'offre de Microsoft.

Dans sa lettre, il estime que le conseil sortant "a perdu la confiance des actionnaires et de Microsoft". "Il est évident que l'offre de Microsoft à 33 dollars par action constitue une alternative supérieure aux perspectives d'un Yahoo indépendant", ajoute-t-il.

En dépit de ce ton cinglant, Icahn ne ferme pas la porte à un compromis et enjoint Yahoo d'agir "rapidement pour négocier une fusion avec Microsoft", afin d'éviter un conflit juridique long et coûteux.

Icahn a reçu le soutien du fonds d'investissement Paulson & Co, qui a dit espérer pouvoir éviter une démarche hostile pour obtenir une reprise des discussions entre Yahoo et Microsoft.

Selon des sources proches du dossier, Paulson & Co a acquis environ 50 millions d'actions Yahoo ces derniers mois, soit 3,4% du capital.

UN ACCORD NÉGOCIÉ TOUJOURS POSSIBLE   Suite...

 
<p>Le milliardaire Carl Icahn a l'intention de forcer Yahoo &agrave; rouvrir les discussions de fusion avec Microsoft. Dans une lettre adress&eacute;e au pr&eacute;sident du moteur de recherche Roy Bostock, l'actionnaire trublion pr&eacute;cise avoir form&eacute; une liste provisoire de dix candidats au conseil d'administration de Yahoo. Il esp&egrave;re faire &eacute;lire ces administrateurs, qui appuieraient l'offre &agrave; 33 dollars propos&eacute;e par Microsoft (47,5 milliards de dollars au total). /Photo d'archives/REUTERS/Chip East</p>