Un actionnaire dissident conteste les dirigeants de Yahoo

dimanche 4 mai 2008 21h57
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Eric Jackson, un actionnaire dissident de Yahoo, a déclaré qu'il allait lancer une campagne pour inciter les actionnaires à retirer leur confiance à tous les directeurs de Yahoo lors de la prochaine assemblée générale annuelle, en raison de leur incapacité à conclure un accord avec Microsoft.

"Une somme importante a été abandonnée sur la table hier lors de la réunion à Seattle", a dit Jackson dans une interview téléphonique, ajoutant que lui même et plusieurs autres actionnaires étaient surpris et déçus par l'issue des discussions.

Jackson dirige "Plan B", un groupe de quelque 140 actionnaires qui détiennent collectivement deux millions d'actions de Yahoo. Ce groupe a été le premier à se prononcer contre le rejet attendu de l'offre de Microsoft par Yahoo.

Jackson a fait partie de ceux qui ont le plus critiqué la stratégie de Yahoo.

Le directeur général de Yahoo, Jerry Yang, devra notamment expliquer aux actionnaires mécontents pourquoi la dernière proposition améliorée du géant du logiciel ne l'a pas convaincu. Une fusion entre Microsoft et Yahoo aurait été la plus grosse opération du genre jamais réalisée dans le monde de l'informatique.

Microsoft était prêt à relever de cinq milliards de dollars sa proposition de rachat, pour la porter à 33 dollars par action Yahoo (contre 31 dollars initialement annoncé le 31 janvier), soit un montant total de 47,5 milliards de dollars (30,8 milliards d'euros), mais le portail internet réclamait 37 dollars par action, a expliqué le directeur général de Microsoft Steve Ballmer.

Version française Gilles Guillaume et Nicole Dupont

 
<p>Eric Jackson, un actionnaire dissident de Yahoo, a d&eacute;clar&eacute; qu'il allait lancer une campagne pour inciter les actionnaires &agrave; retirer leur confiance &agrave; tous les directeurs de Yahoo lors de la prochaine assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale annuelle, en raison de leur incapacit&eacute; &agrave; conclure un accord avec Microsoft. /Photo prise le 7 janvier 2008/REUTERS/Rick Wilking</p>