Copé dit que la commission sur la publicité "ira au bout"

mercredi 4 juin 2008 18h53
 

par Julien Toyer

PARIS (Reuters) - Jean-François Copé, qui préside la commission chargée de formuler des propositions sur le financement de France Télévisions, a minimisé mercredi l'impact du départ des six parlementaires socialistes et communistes de cette commission, précisant que les travaux "iront au bout".

"Malheureusement, nous avons perdu quatre parlementaires socialistes et deux communistes (...) Mais la commission ira au bout (...) Et puis nous, nous n'avons pas de contraintes particulières de notre hiérarchie", a déclaré le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale lors d'un forum sur les médias numériques.

Plus tôt dans la journée, il avait dit "regretter profondément" ces départs, qui étaient connus depuis la semaine dernière mais dont l'officialisation n'est intervenue qu'à la suite d'une réunion plénière de la commission mercredi matin portant sur l'identité et le contenu des chaînes du groupe France Télévisions.

S'opposant à un "affaiblissement du service public", les deux députés PS Michel Françaix et Patrick Bloche ainsi que le sénateur PS David Assouline ont estimé lors d'une conférence de presse au Sénat que "la réflexion de la commission aboutira(it) à un rapport qu'ils ne (pouvaient) pas cautionner".

Le troisième député socialiste membre de cette commission, Didier Mathus, était absent de la conférence de presse.

"C'est le tiroir-caisse pour les chaînes privées et le tocsin pour les chaînes publiques", a lâché Michel Françaix.

Les parlementaires socialistes reprochent à Nicolas Sarkozy, qui a exclu la semaine dernière toute augmentation de la redevance, de "donner les conclusions avant la fin des travaux".

Ils estiment également que la commission est en partie un leurre pour "soutenir TF1", a-t-on indiqué dans l'entourage de Michel Françaix.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident du groupe UMP &agrave; l'Assembl&eacute;e Jean-Fran&ccedil;ois Cop&eacute; privil&eacute;gie la recette d'une taxe nouvelle sur les fournisseurs d'acc&egrave;s &agrave; internet et les op&eacute;rateurs de t&eacute;l&eacute;phonie mobile pour financer l'arr&ecirc;t de la publicit&eacute; sur les cha&icirc;nes de t&eacute;l&eacute;vision publique. /Photo prise le 7 mai 2008/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>