Internet: un troisième câble sous-marin coupé au Proche-Orient

vendredi 1 février 2008 19h12
 

BOMBAY (Reuters) - Un troisième câble sous-marin a été coupé, à la suite de deux ruptures près de l'Egypte cette semaine, qui ont perturbé l'accès à internet dans une partie du Proche-Orient et de l'Asie, fait savoir l'opérateur de réseau de câbles indien Flag Telecom.

Flag, filiale du deuxième opérateur indien de téléphonie mobile, Reliance Communications, a expliqué sur son site internet que la rupture de son câble Falcon avait été signalée vendredi vers 06h00 GMT, à une soixantaine de kilomètres de Doubaï, sur un segment situé entre les Emirats arabes unis et le sultanat d'Oman.

"Le navire chargé des réparations a été averti et devrait arriver sur place dans les prochains jours", a indiqué Flag.

Les réparations devraient prendre une semaine.

Les connexions transitant par un câble sous-marin ont été coupées mercredi en raison d'un incident au large de l'Egypte, en Méditerranée, mercredi. La région du Golfe et l'Asie du sud ont été affectées par cette panne, qui a contraint les fournisseurs d'accès à réorganiser le trafic sur la toile.

La Fédération indienne des fournisseurs d'accès à internet a déclaré vendredi que des navires de réparation avaient été dépêchés pour réparer les câbles endommagés.

Selon le fournisseur d'accès internet indien Videsh Sanchar Nigam (VSNL), la majorité des services internet vers le Proche-Orient et l'Afrique du Nord ont été rétablis en l'espace de 24 heures, comme les services vers l'Inde. VSNL précise avoir utilisé d'autres câbles pour réorienter le flux des communications interrompues.

L'enquête sur la cause des ruptures de câbles au large de l'Egypte se poursuit mais une tempête survenue au moment des incidents pourrait en être à l'origine.

L'une des perturbations majeures survenues dans le système moderne des télécommunications remonte à décembre 2006, quand un séisme de magnitude 7,1 avait rompu neuf câbles sous-marins entre Taiwan et les Philippines. Cela avait entraîné l'interruption momentanée des liaisons entre l'Asie du Sud-Est et le reste du monde. Il avait fallu 49 jours pour que les connexions, provisoirement réorientées vers d'autres câbles, puissent fonctionner à nouveau à plein régime.