Parrot veut se développer en dehors de l'Europe

jeudi 10 juillet 2008 20h22
 

par Baptiste Cordier et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Parrot veut profiter des opportunités de croissance en dehors de l'Europe, notamment en Californie, en Chine et en Russie, a déclaré Henri Seydoux, président et fondateur du fabricant français de périphériques sans fil pour téléphone mobile.

Lors d'un entretien accordé à Reuters, il a estimé que le marché européen restait peu mature, mais pourrait être affecté dans une certain mesure par une baisse des ventes d'automobiles.

"Les résultats géographiques du groupe ne sont pas homogènes. On est surtout forts en Europe, donc il y aura des opportunités pays par pays.", a observé Henri Seydoux. "Il y a évidemment des relais de croissance géographiques à exploiter."

Henri Seydoux a précisé que Parrot restait à l'affut de toute opportunité même si la croissance externe n'était pas une priorité pour le groupe, après avoir acquis un distributeur en Espagne en 2006 ou un autre en Californie en 2007.

Parrot, spécialiste des kits mains-libres, met l'accent sur la Californie : "Non seulement c'est un Etat qui est en pointe pour la consommation technologique mais la voiture en Californie est aussi essentielle que le métro à Paris" a déclaré Henri Seydoux.

Il a également cité la Russie, en passe de devenir le deuxième marché automobile européen dans les années qui viennent, devenant comme la Chine un marché d'équipement.

Parrot réalise plus de 85% de son chiffre d'affaires à l'international, dont un tiers en Espagne où la réglementation sur le téléphone au volant est très sévère.

Henri Seydoux ne s'est pas montré particulièrement inquiet concernant le ralentissement des ventes automobiles, expliquant que son marché était encore dans une phase d'équipement. "On est dans la même situation que le marché de la téléphonie mobile il y a huit ans : tout le monde n'en est pas équipé alors que c'est un produit qui est destiné à tous les utilisateurs" a-t-il dit.   Suite...