11 juillet 2008 / 05:18 / il y a 9 ans

Parrot veut se développer en dehors de l'Europe

par Baptiste Cordier et Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Parrot veut profiter des opportunités de croissance en dehors de l‘Europe, notamment en Californie, en Chine et en Russie, a déclaré Henri Seydoux, président et fondateur du fabricant français de périphériques sans fil pour téléphone mobile.

Lors d‘un entretien accordé à Reuters, il a estimé que le marché européen restait peu mature, mais pourrait être affecté dans une certain mesure par une baisse des ventes d‘automobiles.

“Les résultats géographiques du groupe ne sont pas homogènes. On est surtout forts en Europe, donc il y aura des opportunités pays par pays.”, a observé Henri Seydoux. “Il y a évidemment des relais de croissance géographiques à exploiter.”

Henri Seydoux a précisé que Parrot restait à l‘affut de toute opportunité même si la croissance externe n’était pas une priorité pour le groupe, après avoir acquis un distributeur en Espagne en 2006 ou un autre en Californie en 2007.

Parrot, spécialiste des kits mains-libres, met l‘accent sur la Californie : “Non seulement c‘est un Etat qui est en pointe pour la consommation technologique mais la voiture en Californie est aussi essentielle que le métro à Paris” a déclaré Henri Seydoux.

Il a également cité la Russie, en passe de devenir le deuxième marché automobile européen dans les années qui viennent, devenant comme la Chine un marché d’équipement.

Parrot réalise plus de 85% de son chiffre d‘affaires à l‘international, dont un tiers en Espagne où la réglementation sur le téléphone au volant est très sévère.

Henri Seydoux ne s‘est pas montré particulièrement inquiet concernant le ralentissement des ventes automobiles, expliquant que son marché était encore dans une phase d’équipement. “On est dans la même situation que le marché de la téléphonie mobile il y a huit ans : tout le monde n‘en est pas équipé alors que c‘est un produit qui est destiné à tous les utilisateurs” a-t-il dit.

PAS DE RETRAIT DE LA COTE PRÉVU

Les ventes de voitures neuves en Europe ont diminué de 7,8% en mai et de 0,7% sur les cinq premiers mois de l‘année, selon l‘Association des constructeurs européens d‘automobiles.

Parrot réalise l‘essentiel de son chiffre d‘affaires dans les kits mains-libres dont il a vendu plus de cinq millions d‘unités en 2007 via des distributeurs d’équipements automobiles ou directement aux constructeurs. Depuis fin 2007, le groupe développe aussi de nouveaux périphériques pour téléphones portables qui ont représenté 4% de son chiffre d‘affaires l‘année dernière.

Alors que le groupe publiera ses comptes du deuxième trimestre le 31 juillet, Henri Seydoux a confirmé les objectifs 2008 : “Nous avions donné comme objectif en début d‘année une croissance à deux chiffres avec un niveau de marge de bonne qualité”, a-t-il dit. “Sans faire de commentaire spécifique lié au deuxième trimestre, nous n‘avons pas de raison de donner un autre objectif.”

Le titre qui perdait 2,43% en fin de séance a finalement clôturé en recul de 0,58% à 10,21 euros, donnant une capitalisation d‘environ 134 millions d‘euros.

L‘action a chuté de près de 26% depuis le 1er janvier, en ligne avec l‘indice CAC Small90. La valeur de l‘action Parrot a été divisée par quatre sur un an, après un sévère avertissement sur l‘activité et les marges du groupe en novembre, à comparer avec une baisse de plus de 40% du Small90.

Henri Seydoux, principal actionnaire de Parrot avec 35% du capital, a précisé que cette chute du titre n‘avait pas d‘impact sur l‘activité opérationnelle de la société qu‘il a fondée en 1994.

Il a clairement écarté l‘hypothèse d‘une sortie de la cote de Parrot, introduit en Bourse en 2006 et dont le flottant est de 55% : “On est à la Bourse, on y est bien. On doit aller sur le marché pour offrir de la liquidité aux investisseurs et en même temps retrouver la liberté stratégique d‘une société indépendante”.

Henri Seydoux a réaffirmé que le versement d‘un dividende n’était pas à l‘ordre du jour mais que le groupe pourrait activer le nouveau plan de rachat d‘actions voté en assemblée générale en juin.

Avec la contribution de Jessica Mead, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below