20 décembre 2007 / 13:03 / il y a 10 ans

Vivendi crée un nouveau poids lourd face à France Télécom

<p>Le pr&eacute;sident du directoire de Vivendi, Jean-Bernard L&eacute;vy. Le groupe prend le contr&ocirc;le de Neuf Cegetel via SFR, donnant naissance &agrave; un nouveau poids lourd apte &agrave; rivaliser avec l'op&eacute;rateur historique France T&eacute;l&eacute;com au moment o&ugrave; s'engagent les investissements dans la fibre optique. /Photo prise le 29 juillet 2007/Charles Platiau</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Vivendi annonce la prise de contrôle de Neuf Cegetel via SFR, donnant naissance à un nouveau poids lourd apte à rivaliser avec l'opérateur historique France Télécom au moment où s'engagent les investissements dans la fibre optique.

Cette opération attendue de longue date intervient après une année riche en acquisitions pour Vivendi dont la stratégie est de se renforcer dans chacun de ses métiers.

SFR, qui détient 40,5% du capital de Neuf Cegetel, prévoit de racheter la participation de 29,5% du groupe Louis Dreyfus au prix de 34,50 euros par action, coupon 2007 attaché. L'opération sera suivie d'une offre publique d'achat à 36,50 euros, coupon 2007 attaché, sur le flottant de Neuf Cegetel, qui représentait 21,5% du capital au 31 décembre.

L'action Vivendi prend 0,68% à 31,31 euros en début d'après-midi. Neuf Cegetel, suspendu depuis mardi matin, perd 3,92% à 35,30 euros, pâtissant de plusieurs abaissements de recommandations. Introduit à 22,08 euros fin octobre 2006, le titre a bondi de près de 64% depuis, inscrivant un record historique de 36,95 euros le 5 décembre. Le groupe affiche désormais une capitalisation de 7,7 milliards d'euros, près du double de celle d'Iliad, qui prend 0,73%.

La totalité de l'opération de rachat devrait coûter à SFR 2,05 milliards d'euros, non comprise une reprise de dette qui s'élevait à un milliard d'euros environ fin juin.

Standard & Poor's mis sous surveillance avec implication négative les notes à long terme BBB et à court terme A-2 de Vivendi.

PROJET D'AUGMENTATION DE CAPITAL

Vivendi, qui détient 56% de SFR, le solde revenant à Vodafone, précise que l'opération sera relutive sur son résultat net ajusté par action à partir de 2009 et dit prévoir une augmentation de capital comprise entre un et deux milliards d'euros pour financer l'opération.

"Compte tenu des capacités de Vivendi à trouver les justes équilibres entre endettement et acquisitions potentielles, il est important que nous prévenions le marché que nous ferons une augmentation de capital", a expliqué à Reuters Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi. "Il s'agirait d'une dilution de quelques pour cents de nos actionnaires, tout simplement pour reconstituer une certaine marge de manoeuvre".

Depuis la fin 2006, Vivendi a acquis TPS, l'éditeur musical BMG, la majorité du capital de Maroc Telecom et fusionné son pôle de jeux vidéo avec Activision.

"Nous voulons poursuivre notre rôle d'actionnaire actif pour que chacun des métiers de Vivendi soit plus fort à l'intérieur de Vivendi", a souligné Jean-Bernard Lévy.

SFR financera l'opération par endettement, notamment via un prêt aux conditions de marché accordé par Vivendi, et réduira le paiement des dividendes versés au cours des trois prochains exercices.

Jean-Bernard Lévy a dit bénéficier du plein soutien de Vodafone pour cette opération. Il réaffirmé espérer racheter la participation de l'opérateur britannique pour détenir 100% de

SFR.

ORDRE DE BATAILLE POUR LA FIBRE OPTIQUE

SFR et Neuf Cegetel entretiennent déjà des liens étroits. Premier client de Neuf Cegetel, SFR utilise son réseau pour son offre d'internet tandis que Neuf Cegetel recourt à celui de SFR pour son offre fixe-mobile "Twin".

"Notre souhait est d'établir une société commune où nous serons encore plus forts", a déclaré à Reuters Frank Esser, P-DG de SFR, tout en précisant qu'aucune décision n'avait été prise concernant le choix de la marque. "SFR-Neuf Cegetel, c'est la création d'un premier opérateur alternatif en France (...) face à France Télécom avec tous les moyens pour investir".

Les deux opérateurs comptent pour l'instant consacrer conjointement 450 millions d'euros à leur réseau de fibre optique entre 2007 et 2009, tandis que France Télécom s'est engagé pour l'instant y consacrer 270 millions en 2007 et 2008 et Iliad 160 millions en 2006-2007 avec un objectif d'un milliard d'ici 2012.

Neuf Cegetel et SFR ont également établi une coentreprise pour investir dans le Wimax dont les infrastructures commencent à se mettre en place.

Frank Esser a dit espérer obtenir le feu vert des autorités de la concurrence d'ici six mois.

Concernant d'éventuels problèmes de concurrence liés à la cohabitation de Neuf Cegetel et de Canal+ au sein de Vivendi, Jean-Bernard Lévy a déclaré que cette question avait déjà été traitée par les autorités de la concurrence cette année à l'occasion du rachat par SFR de l'activité de téléphonie fixe de Tele2.

Mercredi, il avait une nouvelle fois réaffirmé l'intention de Vivendi d'acquérir, à terme, 100% du capital de Canal+ France dont il détient actuellement 65%. Lagardère en possède 20% et TF1 et M6 se partagent les 15% restants.

Cyril Altmeyer, avec la contribution de Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below