29 mai 2008 / 13:05 / dans 9 ans

Les dirigeants d'Alcatel-Lucent sur la sellette vendredi

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le président d‘Alcatel-Lucent Serge Tchuruk et la directrice générale Patricia Russo se retrouvent sur la sellette ce vendredi face à des actionnaires exaspérés par la division par deux de la valeur de l‘action en 2007 et la suspension du dividende.

Parmi les résolutions soumises aux actionnaires, deux retiendront particulièrement leur attention, la septième, qui autorise un “parachute doré” pour Patricia Russo, et la 13e qui permet a révocation des deux dirigeants à la majorité simple du conseil d‘administration.

La deuxième assemblée générale de la jeune histoire d‘Alcatel-Lucent, formé en décembre 2006, risque donc d’être d‘autant plus mouvementée que le groupe, déficitaire, a abaissé il y a un mois des perspectives de chiffre d‘affaires annuelles déjà moroses.

Des représentants des principaux syndicats de l’équipementier télécoms (CFDT et CGT), qui avaient transformé en bronca géante l‘assemblée générale du 1er juin 2007, ont cependant dit à Reuters qu‘ils n‘avaient pas l‘intention de réitérer leur mobilisation cette année.

L‘assemblée générale de l‘année dernière avait adopté une résolution décriée par les syndicats et certains petits actionnaires, qui accorde à Patricia Russo en cas de départ sa rémunération fixe et variable pendant deux ans, ainsi que ses différents avantages sociaux, de retraite et en nature.

La septième résolution mise aux votes cette année conditionne l‘engagement sur la partie variable à la réalisation d‘au moins 90% des objectifs de performance relatifs aux revenus du groupe ou 75% des objectifs de performance relatifs au résultat opérationnel. Elle prend effet au 1er janvier 2009.

“PARACHUTE DORÉ” DE SIX MILLIONS D‘EUROS

Le Times a écrit mardi que le “parachute doré” de Patricia Russo pourrait atteindre six millions d‘euros, un montant confirmé le même jour à Reuters par une porte-parole du groupe.

“Six millions d‘euros correspondent au montant maximum de deux années pleines de salaires plus la partie variable”, a-t-elle expliqué. “Etant donné les performances de 2007, le salaire de Patricia Russo a été de 1,8 million d‘euros sur un maximum possible de trois millions”.

Le mandat de Patricia Russo, qui a pris ses fonctions le 30 novembre 2006, court jusqu‘en 2010. Sa rémunération fixe pour 2008 est inchangée à 1,2 million d‘euros, selon le rapport annuel du groupe.

Si elle est adoptée, la 13e résolution supprimera la majorité du conseil d‘administration des deux tiers nécessaire à la révocation et la nomination du président ou du directeur général du groupe. Désormais, la majorité simple des 14 administrateurs du conseil suffira.

Cette résolution, instituée en septembre 2006 afin de renforcer la stabilité de la direction de la société pendant la période de transition de trois ans suivant le rapprochement avec Lucent, n‘est plus jugée nécessaire, explique Alcatel-Lucent dans son avis de convocation à l‘assemblée générale.

“Le conseil estime maintenant que la période de transition est pour l‘essentiel révolue, que la société est dotée d‘une stratégie bien définie et d’équipes homogènes, et que cette majorité qualifiée n‘est donc plus nécessaire”, y lit-on.

Marc Marandon, représentant syndical central CGT, qui juge crédible les rumeurs de départ de la directrice générale, s‘est montré prudent concernant les conséquences d‘un changement managérial sur les performances du groupe.

“Ce n‘est pas parce que Russo serait débarquée que son futur remplaçant améliorerait les choses”, a-t-il dit. “Et il n‘est pas certain que le futur remplaçant accepterait que Tchuruk reste”.

L‘action du groupe, qui avait trébuché fin avril après avoir annoncé prévoir une baisse de 2 à 5% de son chiffre d‘affaires à taux de change courant pour 2008, a repris des couleurs depuis quelques jours, sur les rumeurs de départ de Patricia Russo.

Les analystes ont également dit espérer que le groupe bénéficiera de la réforme du marché de la téléphonie mobile en Chine, annoncée le week-end dernier. Attendue de longue date, elle prévoit la mise aux enchères de trois licences de téléphonie mobile 3G et la fusion de China Unicom et de Netcom, deux des quatre principaux opérateurs télécoms du pays.

Au cours de 4,69 euros jeudi en début d‘après-midi, le titre du leader mondial des réseaux télécoms fixes perd environ 5% depuis le début de l‘année, après avoir chuté de 54,6% en 2007.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below