L'UE veut s'attaquer aux prix "roaming" des opérateurs télécoms

jeudi 28 août 2008 13h50
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne pourrait soumettre un texte de loi visant à empêcher les opérateurs de téléphonie mobile à faire payer trop cher les appels passés d'un pays européen à un autre, déclare l'exécutif européen.

Viviane Reding, commissaire européen responsable de la Société de l'information et des Médias, dénonce le fait que certains opérateurs facturent à la minute plutôt qu'à la seconde ce type d'appels.

"Dans certains cas, des opérateurs vous facturent deux minutes d'appel lorsque vous n'avez passé qu'une minute et deux secondes au téléphone. Cela se traduit par une surfacturation moyenne de 24% pour celui qui appelle et de 19% pour qui reçoit l'appel", a déclaré le porte-parole de Viviane Reding lors d'une conférence de presse.

Les opérateurs mobiles estiment que, dans un marché concurrentiel, c'est leur droit de fixer comme ils veulent les tarifs des appels.

En France, en Espagne, en Lituanie et au Portugal, les opérateurs facturent à la seconde, mais les législation nationales s'appliquent difficilement aux appels "itinérants" (roaming), a poursuivi le porte-parole.

"Les autorités de régulation nationale ont demandé à la Commission européenne de régler ce problème (...) Pour ce faire, il faut passer par une réglementation européenne. La Commission européenne se penchera sur la question dans les semaines à venir", a-t-il encore déclaré.

En juillet 2007, Bruxelles a déjà imposé des baisse de tarifs "roaming" sur trois ans. En octobre, Viviane Reding devrait présenter des propositions visant à prolonger de trois ans les plafonds aux tarifs roaming et de les étendre aux messages SMS envoyés d'un pays à l'autre.

Huw Jones, version française Benoit Van Overstraeten

 
<p>Viviane Reding, commissaire europ&eacute;en responsable de la Soci&eacute;t&eacute; de l'information et des M&eacute;dias, d&eacute;nonce le fait que certains op&eacute;rateurs facturent &agrave; la minute plut&ocirc;t qu'&agrave; la seconde les appels pass&eacute;s d'un pays europ&eacute;en &agrave; un autre ; et la Commission europ&eacute;enne pourrait soumettre un texte de loi pour r&eacute;glementer les tarifs de ces appels "itin&eacute;rants" (roaming). /Photo prise le 17 juillet 2008/REUTERS/Vincent Kessler</p>