28 août 2008 / 08:23 / dans 9 ans

Iliad améliore ses marges et vise 5 millions d'abonnés en 2011

<p>Xavier Niel, vice-pr&eacute;sident d'Iliad. Avec un r&eacute;sultat net consolid&eacute; en hausse de 27,5% &agrave; 82,9 millions au premier semestre, conform&eacute;ment aux attentes, la maison m&egrave;re du fournisseur d'acc&egrave;s &agrave; internet Free se montre confiante dans sa capacit&eacute; &agrave; r&eacute;aliser ses objectifs annuels. /Photo prise le 12 mars 2008/REUTERS/Charles Platiau</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Iliad annonce une hausse de ses résultats du premier semestre conforme aux attentes, avec notamment une nette amélioration de sa marge, et dit viser cinq millions d‘abonnés à l‘ADSL d‘ici fin 2011 avec l‘intégration d‘Alice qu‘il vient de racheter.

La maison mère du fournisseur d‘accès à internet Free s‘est engagée à se désendetter rapidement après cette acquisition et a réaffirmé ses ambitions dans la téléphonie mobile, tandis que la lenteur de la mise en place du cadre réglementaire freine ses investissements dans la fibre optique.

Malgré la bonne tenue des résultats soulignée par les analystes, l‘action, qui a progressé au cours des dernières semaines, cède 0,14% à 72,38 euros vers 14h45, après un plus bas de 70,25 euros dans la matinée.

Le groupe a dégagé un résultat net consolidé en hausse de 27,5% à 82,9 millions au premier semestre, à comparer à un consensus Reuters de 83 millions, et un Ebitda en hausse de 24,4% à 256,9 millions contre 255 millions attendus.

Sa marge Ebitda progresse à 37,1% grâce à l‘amélioration du taux de dégroupage du groupe et des services à valeur ajoutée, comme la vidéo à la demande (VOD), contre 36,0% un an plus tôt.

Le directeur financier Thomas Reynaud a confirmé lors d‘une conférence de presse l‘objectif du groupe de stabiliser sa marge en 2008 et en 2009 comparé aux 36,6% de 2007, avant une “rupture positive” en 2010 avec la montée en puissance des abonnés à la fibre optique.

Iliad a annoncé mardi la finalisation de son acquisition d‘Alice, qui compte quelque 885.000 abonnés, pour 775 millions d‘euros.

“Nous prenons l‘engagement de ramener notre ratio d‘endettement à une fois l‘Ebitda en 2010 contre deux fois actuellement”, a déclaré Thomas Reynaud, précisant qu‘Alice devrait contribuer à hauteur de 90 millions d‘euros par an à l‘Ebitda à partir du second semestre 2010.

En rachetant Alice, Iliad a conclu pour l‘essentiel la consolidation du marché français dont il a repris la deuxième place, que lui avait ravi Neuf Cegetel en acquérant Club Internet l’été dernier.

Iliad revendique désormais environ quatre millions d‘abonnés à l‘ADSL, après voir dépassé au premier semestre le cap des trois millions sous la marque Free, contre 3,8 millions pour SFR, qui a pris le contrôle de sa filiale Neuf Cegetel à la mi-avril et 7,8 millions pour le leader, Orange. Iliad a confirmé tabler sur 3,25 millions d‘abonnés hors Alice fin 2008.

INTERET REAFFIRMÉ POUR LA 4E LICENCE 3G

Xavier Niel, fondateur d‘Iliad dont il détient les deux tiers du capital, a précisé que la marque Alice demeurerait à court terme, avec une nouvelle campagne en septembre, avec une offre qui se rapprocherait de celle de Free.

Iliad prévoit un free cash flow hors investissements dans la fibre optique “significativement supérieur” à 100 millions d‘euros cette année hors Alice.

Le groupe prévoit d‘investir au second semestre dans la fibre optique à peu près le même montant que les 32 millions d‘euros consentis au premier semestre, et plus de 100 millions d‘euros en 2009, avec une montée en puissance à partir du deuxième trimestre.

Iliad, qui a confirmé son objectif d‘investir un milliard d‘euros dans son réseau de fibre optique d‘ici 2012, avait présenté en début d‘année un objectif d‘investissement entre 300 et 400 millions sur la période 2008-2009.

Maxime Lombardini, directeur général d‘Iliad, a mis en cause la lenteur de la mise en place du cadre réglementaire et a également regretté le manque de transparence de France Télécom sur ses plans de déploiement, alors que l‘opérateur historique connaît les projets de ses concurrents qui lui passent commande de fourreaux.

Iliad a également réaffirmé son intérêt pour la quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération (3G), pour laquelle l‘autorité des télécoms (Arcep) avait rejeté en octobre 2007 la candidature d‘Iliad, la seule présentée.

“Nous savons que nous pouvons déployer un réseau dans de bonnes conditions économiques et faire une offre réellement en rupture”, a dit Maxime Lombardini.

Le gouvernement devrait rendre d‘ici l‘automne un arbitrage sur les deux options désormais envisagées par le gouvernement : l‘attribution de la licence à un seul candidat ou sa répartition en trois blocs de fréquences de 5 mégahertz (Mhz) chacun.

“Nous avons indiqué que nous souhaitions recevoir 15 Mhz à prix réduit et qu’à défaut, nous pourrions faire un projet d‘envergure avec 10 Mhz”, a expliqué Maxime Lombardini, ajoutant qu‘il était prêt à accepter une durée de licence plus courte, sur 15 ans au lieu de 20 ans.

Edité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below