Le bénéfice de Google déçoit, l'action baisse

vendredi 18 juillet 2008 07h12
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Google annonce une hausse de 35% de son bénéfice net trimestriel, un résultat néanmoins inférieur aux attentes de Wall Street, sanctionné par un net recul de son action dans les transactions hors séance.

Alors que plusieurs grands noms d'internet ont souffert du ralentissement de l'économie américaine, les investisseurs espéraient voir Google échapper à cette tendance et confirmer sa capacité à dépasser le consensus trimestre après trimestre.

"Il est difficile d'applaudir les résultats" a commenté Colin Gillis, analyste de Canaccord Adams. "Cela fait un choc de voir la meilleure entreprise du secteur décevoir les attentes."

Le premier moteur de recherche sur internet du monde a réalisé sur le trimestre avril-juin un bénéfice net de 1,25 milliard de dollars, soit 3,92 dollars par action, contre 925 millions (2,93 dollars/action) un an plus tôt sur la même période.

Hors coût liés aux rémunérations en actions, le groupe affiche un bénéfice de 4,63 dollars par action, inférieur au consensus de Wall Street, qui était de 4,72 dollars.

Le chiffre d'affaires trimestriel a progressé de 39% à 5,37 milliards de dollars, un montant qui correspond exactement au consensus Reuters Estimates. Les estimations des analystes s'échelonnaient de 5,16 à 5,62 milliards.

L'action Google a perdu jusqu'à un peu plus de 10% dans les transactions hors séance après la publication des comptes, avant de se reprendre légèrement et de remonter à 497 dollars environ, contre 533,44 dollars en clôture sur le Nasdaq, soit une baisse de près de 7%.

Le titre a bénéficié des propos d'Eric Schmidt, le directeur général du groupe, assurant que le trafic et le chiffre d'affaires résistaient bien à la dégradation du climat économique.

LES MARGES INQUIÈTENT   Suite...

 
<p>Google annonce une hausse de 35% de son b&eacute;n&eacute;fice net trimestriel, un r&eacute;sultat n&eacute;anmoins inf&eacute;rieur aux attentes de Wall Street, sanctionn&eacute; par un net recul de son action dans les transactions hors s&eacute;ance. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking</p>