Strasbourg autorise l'extradition d'un pirate informatique

jeudi 28 août 2008 17h59
 

STRASBOURG (Reuters) - La Cour européenne des droits de l'homme a autorisé jeudi la Grande-Bretagne à extrader vers les Etats-Unis Gary McKinnon, un britannique accusé d'avoir pénétré illégalement 97 systèmes informatiques du gouvernement américain, dont ceux du Pentagone et de la Nasa.

Cet informaticien de 42 ans, dont les intrusions sur une période de douze mois en 2002 auraient causé 700.000 dollars de dégâts, risque jusqu'à 1,75 million de dollars d'amende et 70 ans de prison.

Gary McKinnon avait introduit une requête devant la juridiction du Conseil de l'Europe le 29 juillet dernier en estimant que les conditions de détention auxquelles il pourrait être soumis aux Etats-Unis s'apparentaient à des traitements inhumains ou dégradants.

Il demandait en même temps à la Cour d'user de ses pouvoirs pour exiger du gouvernement britannique qu'il sursoie à son extradition tant qu'elle n'aurait pas examiné l'affaire sur le fond.

C'est cette demande de mesures dites "provisoires", qui a été rejetée par les juges de Strasbourg.

La Cour ne motive pas ses décisions à ce stade de la procédure.

Gilbert Reilhac, édité par Gérard Bon

 
<p>La Cour europ&eacute;enne des droits de l'homme a autoris&eacute; la Grande-Bretagne &agrave; extrader vers les Etats-Unis Gary McKinnon, un britannique accus&eacute; d'avoir p&eacute;n&eacute;tr&eacute; ill&eacute;galement 97 syst&egrave;mes informatiques du gouvernement am&eacute;ricain, dont ceux du Pentagone et de la Nasa. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>