France Télécom investira 78 millions d'euros dans Telkom Kenya

jeudi 28 août 2008 19h48
 

NAIROBI (Reuters) - France Télécom va investir au moins huit milliards de shillings kényans (78 millions d'euros environ) par an dans la modernisation de sa filiale Telkom Kenya, déclare le directeur général adjoint de celle-ci, Peter Reinartz.

Un consortium emmené par le groupe français a acquis fin 2007 51% de Telkom, le monopole kényan de la téléphonie fixe, pour 270 millions d'euros.

Il a depuis dépensé plus de cinq milliards de shillings pour moderniser ses infrastructures.

"Notre rythme d'investissement actuel (...) et pour les années à venir est de l'ordre de huit à dix milliards de shillings par an", a déclaré Reinartz au cours d'un entretien accordé à Reuters, ajoutant que Telkom s'était fixé pour objectif de devenir le premier opérateur intégré de télécommunications du Kenya.

Il a expliqué que France Télécom avait déjà investi dans des connexions par satellite supplémentaires pour développer l'offre à haut débit de sa filiale.

Le Kenya dépend entièrement des satellites pour ses télécommunications internationales car il n'est pour l'instant relié au reste du monde par aucun câble sous-marin, une technologie pourtant meilleur marché.

Telkom a pris 20% du capital d'un projet de câble sous-marin, dont le lancement est prévu l'an prochain.

Auparavant, l'opérateur doit lancer en septembre le troisième réseau GSM du Kenya.

Le marché local de la téléphonie mobile est pour l'instant dominé par Safaricom, dont une partie du capital appartient à un consortium emmené par le britannique Vodafone. Fin juin, Safaricom comptait 11,1 millions d'utilisateurs, un chiffre à comparer aux quelque 36 millions d'habitants que compte le pays.   Suite...

 
<p>Le P-DG de France Telecom, Didier Lombard. L'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms fran&ccedil;ais va investir au moins huit milliards de shillings k&eacute;nyans (78 millions d'euros environ) par an dans la modernisation de sa filiale Telkom Kenya. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>