France Télécom espère que Telia acceptera de discuter

mercredi 18 juin 2008 17h28
 

par Mathieu Robbins

LONDRES (Reuters) - France Télécom n'a pour l'instant pas l'intention d'améliorer son offre d'achat sur TeliaSonera mais espère que les actionnaires de l'opérateur suédois convaincront ce dernier d'engager des discussions, selon de sources proches du dossier.

Les actionnaires de Telia veulent une offre supérieure mais certains d'entre eux ont indiqué à France Télécom et à ses conseillers désirer que le suédois discute au moins avec le français plutôt que de refuser d'emblée son offre, ont ajouté ces sources.

France Télécom pourrait donc dépasser la date limite qu'il s'est lui-même fixée pour ouvrir des négociations, afin de donner aux actionnaires de TeliaSonera du temps pour tenter de convaincre le conseil d'administration du scandinave d'étudier plus sérieusement son offre.

"Soit TeliaSonera accepte un dialogue en bonne et due forme sur l'offre, soit France Télécom renonce", a dit l'une des sources.

France Télécom s'est fixé le 7 juin un délai de 15 jours pour engager des pourparlers avec TeliaSonera mais il a affirmé dès le départ que les conditions financières de son offre ne seraient pas modifiées.

Il n'a toutefois pas totalement exclu d'augmenter ultérieurement la part en numéraire de son offre, ont dit les sources.

Une partie supplémentaire en cash pourrait compenser la baisse récente de 5,2% du prix de l'action France Télécom, qui a diminué la valeur de son offre non officielle en cash et en actions faite le 5 juin dernier.

France Télécom s'est refusé à tout commentaire.   Suite...

 
<p>Le P-DG de France T&eacute;l&eacute;com, Didier Lombard et le directeur financier du groupe Gervais Pellissier (&agrave; droite). L'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms fran&ccedil;ais n'a pour l'instant pas l'intention d'am&eacute;liorer son offre d'achat sur TeliaSonera mais il esp&egrave;re que les actionnaires de l'op&eacute;rateur su&eacute;dois convaincront ce dernier d'engager des discussions. /Photo prise le 27 mai 2008/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>