La CE veut réduire de 70% le coût de terminaison des appels

jeudi 26 juin 2008 17h42
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a lancé une campagne pour obtenir une réduction de 70% des coûts de "terminaison" des appels passés sur un téléphone portable, à l'instar de ce qu'elle a fait pour le "roaming".

L'exécutif européen a ouvert une consultation avec toutes les parties intéressées avant d'adopter une réglementation sur les "tarifs de terminaison d'appel vocal" facturés par les opérateurs de téléphonie mobile, qui sont neuf fois plus chers que le coût pour terminer un appel sur un téléphone fixe.

La commissaire européenne chargée des Télécommunications, Viviane Reding, a estimé que cette pratique, ainsi que ces coûts élevés et disparates d'un pays à l'autre de l'UE, constituaient d'importants obstacles à la réalisation du marché intérieur.

"C'est d'ailleurs le consommateur qui paie ces différences entre les politiques réglementaires nationales", a-t-elle déclaré. "D'ici trois ans, je souhaite que s'installent une plus grande cohérence et une meilleure coordination afin de faire baisser les coûts (de terminaison) des appels mobiles d'environ 70% par rapport à leur niveau actuel."

C'est le niveau de la baisse obtenue par la Commission l'an dernier pour les "frais d'itinérance" (roaming) exigés par les opérateurs pour les appels passés ou reçus à l'étranger.

Les tarifs de terminaison d'appel mobile varient entre 0,02 euro par minute à Chypre à plus de 0,18 euro en Bulgarie.

L'organisation du système pénalise en outre les nouveaux opérateurs ou les plus petits d'entre eux.

Les tarifs de terminaison d'appel, qui sont fixés par les autorités nationales de régulation, sont en effet les tarifs de gros facturés par l'opérateur dont le client reçoit un appel téléphonique à l'opérateur du réseau de l'émetteur de l'appel.

SUBVENTIONS CROISÉES   Suite...

 
<p>La Commission europ&eacute;enne a lanc&eacute; une campagne pour obtenir une r&eacute;duction de 70% des co&ucirc;ts de "terminaison" des appels pass&eacute;s sur un t&eacute;l&eacute;phone portable, &agrave; l'instar de ce qu'elle a fait pour le "roaming". /Photo d'archives/REUTERS/Ivan Milutinovic</p>