La fronde de Carl Icahn contre Yahoo favorise Microsoft

vendredi 16 mai 2008 16h58
 

par Daisuke Wakabayashi

SEATTLE (Reuters) - Deux semaines après l'abandon par Microsoft du projet de rachat de Yahoo, la bataille lancée par le milliardaire Carl Icahn contre la direction de ce dernier a remis en selle le groupe fondé par Bill Gates.

Après avoir qualifié d'"irrationnelle" l'attitude du conseil d'administration de Yahoo lorsqu'elle a rejeté les 47,5 milliards de dollars (30 milliards d'euros environ) de Microsoft, Carl Icahn a demandé au portail de reprendre les discussions avec le groupe de Redmond.

Il menace d'appeler à un vote pour renverser la direction actuelle de Yahoo lors de l'assemblée générale prévue début juillet et il a déjà formé le conseil d'administration appelée à la remplacer.

Microsoft avait jeté l'éponge au début du mois de mai alors que les dirigeants de Yahoo exigeaient 37 dollars par action au lieu des 33 dollars offerts.

"Yahoo poussé par ses actionnaires à revenir à la table des négociations ? Cela ressemble au scénario rêvé pour Microsoft", souligne Marc Weingarten, juriste au cabinet Schulte Roth & Zabel.

De son côté, Microsoft s'est refusé à commenter l'attitude de Carl Icahn. Depuis deux semaines, un porte-parole s'évertue à répéter le même message: "nous sommes passés à autre chose".

Mais en agissant ainsi, Carl Icahn a sans aucun doute placé Microsoft dans une posture de chevalier blanc, susceptible de racheter Yahoo dans le cadre d'une offre amicale pour éviter la fronde dont le menace l'actionnaire activiste.

"Microsoft peut revenir directement vers le conseil d'administration de Yahoo, lui éviter la bataille de procédure, et le préserver de toutes les critiques qu'il essuie", commente Marc Weingarten.   Suite...

 
<p>Deux semaines apr&egrave;s l'abandon par Microsoft du projet de rachat de Yahoo, la bataille lanc&eacute;e par le milliardaire Carl Icahn contre la direction du portail internet a remis en selle le groupe fond&eacute; par Bill Gates. La firme de Redmond est d&eacute;sormais dans une posture de chevalier blanc, susceptible de racheter Yahoo dans le cadre d'une offre amicale pour &eacute;viter la fronde dont le menace l'actionnaire activiste. /Photo d'archives/REUTERS/Chip East</p>