Deutsche Telekom nie des pressions pour s'étoffer à l'étranger

jeudi 15 mai 2008 12h33
 

COLOGNE (Reuters) - Deutsche Telekom, qui vient d'annoncer qu'il montait à 25% dans l'opérateur grec OTE, ne subit aucune pression pour renforcer sa présence à l'international par le biais d'autres acquisitions, a déclaré jeudi le président du directoire de l'opérateur allemand.

"Je tiens à vous assurer que nous ne faisons pas de cette internationalisation une fin en soi", a dit Rene Obermann aux actionnaires du groupe réunis à l'occasion de l'assemblée générale annuelle. "Nous ne le faisons pas non plus sous la pression."

Mais il a ajouté : "Si la bonne occasion se présente au bon moment, nous la saisirons."

Berlin avait démenti mardi un article de presse selon lequel le gouvernement allemand suggérerait une fusion avec France Télécom.

Deutsche Telekom a dit vouloir étoffer son activité dans la téléphonie mobile via des acquisitions.

L'accord avec le grec OTE, a expliqué Obermann, correspond à la stratégie de Telekom à l'international, qui vise à pénétrer dans des pays où il n'est pas encore implanté.

OTE a des filiales en Roumanie, en Bulgarie, en Macédoine et en Albanie et possède aussi une participation de 20% dans le premier opérateur télécoms serbe.

Nicola Leske, version française Dominique Rodriguez

 
<p>Rene Obermann, pr&eacute;sident du directoire de Deutsche Telekom, assure que l'op&eacute;rateur allemand, qui vient d'annoncer qu'il montait &agrave; 25% dans l'op&eacute;rateur grec OTE, ne subit aucune pression pour renforcer sa pr&eacute;sence &agrave; l'international par le biais d'autres acquisitions. /Photo prise le 28 f&eacute;vrier 2008/REUTERS/Ina Fassbender</p>