Berlin dément inciter Deutsche Telekom à fusionner

mercredi 14 mai 2008 08h09
 

FRANCFORT (Reuters) - Le ministère allemand des Finances a qualifié mardi de "spéculations" un article de presse selon lequel le gouvernement suggérerait une fusion entre Deutsche Telekom et France Télécom.

"Ce sont de folles spéculations", a indiqué un porte-parole du ministère au sujet de l'information du Handelsblatt.

"Personne à la tête du ministère n'exprimera, maintenant ou à l'avenir, une opinion concernant les opportunités économiques de Deutsche Telekom", a-t-il ajouté.

Dans un article à paraître mercredi, le quotidien économique allemand rapporte que le ministère exhorte le président du directoire de l'opérateur télécoms allemand, Rene Obermann, soit à fusionner avec un partenaire, soit à faire l'acquisition d'un concurrent cette année.

Le Handelsblatt précise que la préférence de Berlin va à un scénario avec France Télécom. Il ajoute que si un accord avec l'opérateur français ne peut être trouvé, Obermann devrait alors lorgner d'autres opérateurs européens.

"Dans tous les cas, une situation où le marché européen des télécoms se consoliderait sans que Deutsche Telekom soit de la partie doit être évitée", poursuit le journal allemand, citant une source du ministère des Finances.

Une source familière de la stratégie du gouvernement a déjà indiqué ce mois-ci à Reuters que Berlin pressait Deutsche Telekom de réaliser d'importantes acquisitions afin de redresser un cours de Bourse en berne. Deutsche Telekom envisage actuellement de prendre une participation supplémentaire de 3% dans l'opérateur grec OTE, après avoir conclu le mois dernier l'achat d'une part de 20%.

Le Handelsblatt précise également qu'Obermann a le soutien du gouvernement et du fonds Blackstone Group, un important actionnaire de l'opérateur allemand, dont l'assemblée générale annuelle se tient jeudi.

Blackstone a acquis 4,5% du capital de Deutsche Telekom en avril 2006 au prix de 14 euros l'action. Le titre Telekom a clôturé mardi à 11,66 euros.

Sabine Ehrhardt, version française Gilles Guillaume

 
<p>Le minist&egrave;re allemand des Finances a qualifi&eacute; mardi de "sp&eacute;culations" un article de presse selon lequel le gouvernement sugg&eacute;rerait une fusion entre Deutsche Telekom et France T&eacute;l&eacute;com. /Photo prise le 2 mars 2008/REUTERS/Hannibal Hanschke</p>