3 février 2008 / 13:50 / dans 10 ans

Yahoo prendra son temps pour réfléchir à l'offre de Microsoft

<p>Yahoo a annonc&eacute; ce week-end qu'il pourrait avoir besoin "d'un certain temps" pour examiner ses options strat&eacute;giques et notamment la question de savoir s'il souhaite ou non rester ind&eacute;pendant apr&egrave;s l'OPA g&eacute;ante de 45 milliards de dollars annonc&eacute;e par Microsoft. /Photo prise le 1er f&eacute;vrier 2008/REUTERS/Kimberly White</p>

SEATTLE (Reuters) - Yahoo a annoncé ce week-end qu‘il pourrait avoir besoin “d‘un certain temps” pour examiner ses options stratégiques et notamment la question de savoir s‘il souhaite ou non rester indépendant après l‘OPA géante de 45 milliards de dollars annoncée par Microsoft.

Dans un communiqué publié sur son site internet, le groupe internet a indiqué qu‘il engageait un examen attentif de l‘offre d‘achat non sollicitée du numéro un mondial des logiciels, qui propose 31 dollars par action Yahoo, un prix payable en numéraire ou en titres - dans un rapport de 0,9509 action ordinaire Microsoft pour chaque action Yahoo .

Cet examen “inclura l’évaluation de toutes les alternatives stratégiques de la compagnie, parmi lesquelles le maintien de Yahoo sous la forme d‘une entreprise indépendante”, ajoute Yahoo. “Un processus d’étude comme celui-ci est fluide, mais il peut prendre un certain temps.”

Google, pour sa part, répondant à l‘offensive de son grand rival, s‘est interrogé sur la compatibilité de l‘opération envisagée avec la législation antitrust et la lutte contre les monopoles.

David Drummond, l'un des vice-présidents de Google et son principal responsable pour les questions juridiques, estime dimanche sur son blog (googleblog.blogspot.com) que la fusion entre Microsoft et Yahoo pourrait entraver la libre compétition qui alimente depuis plus de dix ans la course à l'innovation sur le web.

L‘action Yahoo a clôturé vendredi en très forte hausse de 47,97% à 28,38 dollars.

Microsoft a précisé avoir courtisé Yahoo au cours des 18 derniers mois. Ses approches étant restées infructueuses, il a alors décidé de s‘adresser directement aux actionnaires du groupe.

En réponse à une question récurrente pour savoir si Yahoo comptait solliciter des propositions auprès d‘autres entreprises, le groupe a simplement répondu sur son site qu‘il allait évaluer toutes les options.

GOOGLE EN LIGNE DE MIRE

Les analystes citent le câblo-opérateur Comcast, le groupe de médias Viacom ou l‘industriel General Electric parmi les autres possibles candidats, même s‘ils reconnaissent que les entreprises présentant un trésor de guerre aussi important que Microsoft pour financer une telle offre, ou une logique d‘entreprise similaire en cas de rapprochement avec Yahoo, sont rares.

“Yahoo aurait beaucoup de mal, s‘il restait indépendant, à faire monter son cours de Bourse jusqu’à 31 dollars à un horizon de deux ans”, commente Mike Binger, gérant de fonds chez Trivent Minneapolis.

“Du point de vue des actionnaires, je pense que le prix proposé est très généreux au vu des fondamentaux actuels de l‘activité du groupe internet”, ajoute-t-il.

Le cours de Bourse de Yahoo évolue globalement sous la barre des 30 dollars depuis deux ans, et a même enfoncé celle des 20 dollars en janvier, toujours très loin des 125 dollars affichés début 2000, au plus fort de la bulle internet. Par contraste, Google se négocie actuellement à cinq fois son cours d‘introduction de 2004.

En cas de succès de l‘offre de Microsoft, l‘entité qui naîtrait du rapprochement serait mieux armée pour faire face à la domination croissante du moteur de recherche Google sur le net et sur le marché publicitaire en ligne.

Les analystes soulignent qu‘un rapprochement Microsoft-Yahoo, en plaçant sous un même toit près de 600 millions d‘internautes du monde entier, pourrait constituer une menace sérieuse à la suprématie de Google.

À condition, souligne Daniel Taylor de Yankee Group, que le géant du logiciel oublie certains vieux réflexes qui risqueraient de le conduire à rassembler différents produits des deux groupes sous une seule marque, Windows Mobile par exemple.

Conserver la griffe Yahoo et préserver la différence de culture entre les deux entreprises constituent deux défis pour la réussite d‘une entreprise que les annonceurs publicitaires appellent sinon de leurs voeux car une consolidation du marché de l‘internet, qui pèse quelque 40 milliards de dollars, permettrait un rééquilibrage des pouvoirs face à Google.

“Ils n‘aiment pas les marchés où il n‘y a qu‘un seul acteur parce qu‘ils perdent tout contrôle”, explique Richard Tobaccowala, directeur général de Denuo Group, filiale de conseil de Publicis. “Ils n‘aiment pas non plus les marchés avec d‘innombrables concurrents”.

Daisuke Wakabayashi, version française Gilles Guillaume

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below