Un rachat de Yahoo n'était pas stratégique, estime Steve Ballmer

vendredi 23 mai 2008 14h19
 

MOSCOU (Reuters) - Le patron de Microsoft Steve Ballmer a déclaré vendredi que l'acquisition de Yahoo n'a jamais été perçue comme un enjeu stratégique, précisant que le groupe de Redmond disposait de 50 milliards de dollars (32 milliards d'euros) pour financer des acquisitions.

"Yahoo n'a jamais été pour nous une stratégie à poursuivre", a-t-il dit lors d'une conférence sur les technologies organisée à Moscou.

"Nous allons dépenser de l'argent pour réaliser des acquisitions. Vous pouvez faire beaucoup de choses avec 50 milliards de dollars", a-t-il ajouté.

Microsoft s'est retiré des discussions avec Yahoo il y a près de trois semaines après trois mois de négociations. Le conseil d'administration de Yahoo a rejeté l'offre de Microsoft à 31 dollars par la suite relevée à 33 dollars par action. Jerry Yang, le fondateur de Yahoo aurait souhaité 37 dollars par action.

Dimanche dernier, l'éditeur de logiciels a dit avoir proposé au portail internet une solution autre qu'un rachat total. Celle-ci pourrait prendre la forme d'une simple acquisition des activités de moteur de recherche de Yahoo.

Steve Ballmer a par ailleurs écarté l'idée d'un rapprochement de la technologie Silverlight de Microsoft avec la technologie Flash d'Adobe Systems, suggérée par certains pour mieux faire face à une éventuelle fusion entre Adobe et Apple.

"Nous sommes en concurrence avec Flash (...) Je suis ouvert à tout mais il n'y a vraiment pas de discussion de fusion avec Adobe. Les développeurs devraient tous apprendre à se servir de Silverlight", a-t-il ajouté.

Le directeur général de Microsoft a également estimé que les "start-up" dans le domaine de l'internet, qui ont par exemple mis au point de nouveaux outils de messagerie instantanée, sont insuffisamment sollicitées au regard de leur potentiel.

"Il y a beaucoup d'entreprises qui ne sont pas appréciées à leur juste valeur par les marchés", a-t-il poursuivi, évoquant notamment celles actives dans le domaine médical.

Amie Ferris-Rotman, version française Nicolas Delame

 
<p>Le patron de Microsoft Steve Ballmer a d&eacute;clar&eacute; que l'acquisition de Yahoo n'a jamais &eacute;t&eacute; per&ccedil;ue comme un enjeu strat&eacute;gique, pr&eacute;cisant que le groupe de Redmond disposait de 50 milliards de dollars (32 milliards d'euros) pour financer des acquisitions. /Photo prise le 23 mai 2008/REUTERS/Denis Sinyakov</p>