25 mai 2008 / 10:20 / il y a 9 ans

China Mobile reprendra Railcom, refonte en vue du secteur

par Vinicy Chan et Judy Hua

HONG KONG (Reuters) - La maison mère de China Mobile, premier opérateur mondial de téléphonie mobile par la clientèle, absorbera le groupe non coté Railcom et recrutera plusieurs dirigeants de ses concurrents, alors que Pékin engage la restructuration très attendue du secteur.

Ces annonces ont fait progresser les valeurs télécoms chinoises en Bourse.

Railcom a annoncé vendredi qu'elle allait devenir une filiale à 100% de China Mobile Group, maison mère de China Mobile et qu'elle serait une entité avec une activité indépendante après ce rachat.

Des analystes et des sources du secteur estiment, après ces informations rapportées dans un premier temps par l'agence de presse officielle Chine nouvelle vendredi, que Pékin a orchestré ces changements de responsables des opérateurs télécoms nationaux, notamment chez les opérateurs fixes China Telecom et Netcom. Cela ouvre la voie selon eux à des fusions dans le secteur et pourrait déboucher sur des milliards de dollars d'investissements dans les réseaux pour exploiter de nouvelles licences mobiles de troisième génération. Des équipementiers télécoms comme Motorola ou Nortel convoitent ces marchés.

A terme, la Chine pourrait ainsi passer de quatre à trois grands opérateurs.

China Telecom et Netcom devraient bénéficier de ce mouvement s'ils parviennent à prendre pied sur le marché du mobile chinois, le premier mondial, dont China Mobile détient les deux tiers. Ce dernier pourrait voir son statut de numéro un menacé.

Pékin a décidé de fusionner les maisons mères de Netcom et Unicom, a déclaré à Reuters une source proche de la direction des deux sociétés, pour créer un fournisseur de services intégrés concurrent de China Mobile.

L'action Unicom gagnait près de 12% et China Telecom 7% à la Bourse de Hong Kong avant la suspension des deux titres. China Mobile a abandonné 3,8%, sur des craintes liées à la situation financière de Railcom et à la perspective d'un durcissement de la concurrence.

A la Bourse de Shanghaï, le titre China United Technologies, filiale d'Unicom, a gagné 5,1% avant d'être suspendu.

Le président de China Mobile, Wang Jianzhou, dirigera le nouvel ensemble formé par la reprise de Railcom, a annoncé l'agence officielle Chine nouvelle. Le groupe va parallèlement recruter Zang Chunjiang, actuellement président de Netcom, le plus petit des deux opérateurs fixes du pays, à un poste principalement politique.

Li Zhengmao, vice-président d'Unicom, le seul rival de China Mobile, va quant à lui devenir vice-président du nouveau groupe.

China Mobile a également recruté le vice-président senior de Netcom Zhang Xiaotie.

Le président d'Unicom, Shang Bing, va lui rejoindre la maison mère de China Telecom pour en devenir un des hauts responsables.

UNE RESTRUCTURATION QUI SE FAIT ATTENDRE

Les observateurs se montrent encore prudents sur la portée du mouvement, en rappelant que la restructuration du secteur est évoquée et débattue régulièrement depuis près de quatre ans.

"On en a déjà beaucoup parlé sur le marché mais les valeurs n'ont pas décollé", a dit Wendy Liu, d'ABN Amro. "Ce qu'on craint, c'est toujours que la refonte des entreprises cotées ne se fasse pas tout de suite. C'est un processus compliqué et long."

Le secteur chinois des télécoms est pour l'instant divisé entre quatre grands acteurs qui se sont partagé les licences fixes et mobiles. Mais une refonte est attendue avant l'attribution de licences mobiles de troisième génération (3G).

"La prochaine étape consistera à restructurer Unicom et Netcom", estime Steven Liu, de DBS VIckers Securities.

"Si l'on regarde les changements au sein des directions, avec Zhang Chunjiang qui rejoint China Mobile, le plus probable est que la restructuration des télécoms va les faire passer de cinq entreprises à trois."

Certains analystes estiment que la maison mère de China Mobile pourrait reprendre Railcom avant de la céder à sa filiale cotée, un schéma courant en République populaire.

"China Railcom perd toujours de l'argent. Ils ne vont sans doute pas l'intégrer dans la société cotée avant de l'avoir restructuré", explique Allan Ng, de BOC International.

Version française Marc Angrand et Stanislas Dembinski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below