Greenpeace dénonce la "menace toxique" des consoles de jeux

vendredi 23 mai 2008 07h20
 

SINGAPOUR (Reuters) - L'organisation écologiste Greenpeace dénonce dans un rapport publié cette semaine la "menace toxique" que constituent à ces yeux les consoles de jeux vidéo, qui contiendraient des composés chimiques affectant la mémoire et le développement sexuel.

L'organisation s'appuie sur des tests effectués sur la PlayStation 3 de Sony, la Wii de Nintendo et la Xbox 360 de Microsoft, qui ont révélé la présence de bromure, de beryllium, de chlorure de polyvinyle (PVC) et de phthalate.

Greenpeace souligne que la technologie actuelle permet aux fabricants de produire des consoles sans un seul de ces produis dangereux. "Une console de jeux plus écologique et plus propre existe. Il n'existe aucune excuse pour ne pas jouer le jeu", écrit l'organisation.

Greenpeace estime aussi que les consoles posent un problème de recyclage et que les machines usagées finissent bien souvent dans des décharges mal contrôlées de pays en développement.

Les trois entreprises mises en cause par le rapport ont répliqué en affirmant que leurs consoles étaient conformes aux normes environnementales en vigueur.

Miral Fahmy, version française Henri-Pierre André

 
<p>L'organisation &eacute;cologiste Greenpeace d&eacute;nonce dans un rapport publi&eacute; cette semaine la "menace toxique" que constituent &agrave; ces yeux les consoles de jeux vid&eacute;o, qui contiendraient des compos&eacute;s chimiques affectant la m&eacute;moire et le d&eacute;veloppement sexuel. /Photo d'archives/REUTERS/Issei Kato</p>