L'expérimentation du fichier "Ardoise" est suspendue

mardi 22 avril 2008 21h29
 

PARIS (Reuters) - La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a décidé de suspendre l'expérimentation du logiciel de police "Ardoise", qui est contesté par des associations, apprend-on dans son entourage.

La ministre a souhaité réfléchir à la pertinence des critères retenus pour ce logiciel en tenant compte des besoins des enquêteurs de la police et de la gendarmerie.

"Après cette réflexion, qui prendra quelques semaines, on prendra des décisions d'éventuelles modifications du fichier, qui sera transmis à la CNIL et au conseil d'Etat avant toute mise en oeuvre", a-t-on précisé.

Le système "Application de recueil de la documentation opérationnelle et d'information statistique sur les enquêtes" (Ardoise), est appelé à remplacer l'ancien "Logiciel de rédaction des procédures" (LRP) datant de 1995.

Des associations se sont élevées contre le fait que des données sensibles, classées par rubriques, soient mises à la disposition des enquêteurs.

Pour cerner la victime ou l'auteur présumé des faits, le policier est invité à cliquer sur des qualificatifs tels que "mineur en fugue", "sans domicile fixe", "permanent syndical", "transsexuel" ou "homosexuel."

"Les renseignements sont les mêmes que ceux du logiciel actuel. Mais Michèle Alliot-Marie a voulu entendre les inquiétudes exprimées par les associations", a-t-on souligné dans son entourage.

Gérard Bon

 
<p>La ministre de l'Int&eacute;rieur, Mich&egrave;le Alliot-Marie, a d&eacute;cid&eacute; de suspendre l'exp&eacute;rimentation du logiciel de police "Ardoise", qui est contest&eacute; par des associations. /Photo prise le 25 f&eacute;vrier 2008/REUTERS/Ali Jarekji</p>