Sommet TMT: la taille dans les télécoms, mais à quel prix ?

jeudi 22 mai 2008 17h01
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - La taille pourrait devenir un élément de plus en plus déterminant pour les opérateurs télécoms au moment où s'engage une nouvelle vague de consolidation du secteur, mais pas forcément à n'importe quel prix, ont observé plusieurs participants au sommet TMT organisé cette semaine par Reuters à Paris.

Le directeur financier de France Télécom, Gervais Pellissier, a estimé qu'il pourrait ne rester en Europe que trois ou quatre grands opérateurs dans cinq ou dix ans, alors qu'il y en a encore une quarantaine dans l'UE actuellement.

France Télécom a manifesté son intérêt pour le groupe nordique TeliaSonera, mais bon nombre d'analystes se sont interrogés sur la pertinence d'une telle opération, y voyant une quête de la taille sans synergies évidentes.

"Concernant France Télécom et TeliaSonera, je pense que la taille est importante", a observé lors du même sommet Sol Trujillo, P-DG de l'opérateur australien Telstra et ex-patron d'Orange entre 2003 et 2005.

"On a vu AT&T avaler des 'Baby Bells' aux Etats-Unis. Telefonica a réalisé des acquisitions en Amérique latine qui l'ont aidé à acquérir O2. Donc, oui, la taille a de l'importance", a-t-il ajouté.

France Télécom a justifié son intérêt pour l'opérateur nordique par la nécessité d'accroître sa taille au moment où des géants comme Google et Apple cherchent à tirer des revenus sur les réseaux télécoms.

"La taille a de l'importance, beaucoup même", a déclaré en écho à Reuters Hamid Akhavan, patron de T-Mobile. "Si vous vous projetez à un horizon de 15 ans, les grands noms des télécoms trusteront la plus grande part des profits et de l'économie du secteur - ce qui est déjà vrai aujourd'hui dans internet."

"Plus un opérateur sera gros, plus il pourra réaliser des économies d'échelle sur ses achats de combinés et plus il pourra négocier avec des groupes de médias et des fournisseurs de contenus", a-t-il observé.   Suite...

 
<p>Didier Lombard, le patron de France T&eacute;l&eacute;com, int&eacute;ress&eacute; par le rachat de son concurrent nordique TeliaSonera. Selon plusieurs participants du sommet TMT (Technologies, m&eacute;dias et t&eacute;l&eacute;coms) organis&eacute; cette semaine par Reuters, la taille pourrait devenir un &eacute;l&eacute;ment de plus en plus d&eacute;terminant pour les op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms au moment o&ugrave; s'engage une nouvelle vague de consolidation du secteur, mais pas forc&eacute;ment &agrave; n'importe quel prix. /Photo prise le 6 fv&eacute;rier 2008/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>