23 mai 2008 / 05:26 / il y a 9 ans

L'AG d'Atos ajournée, une nouvelle prévue dans trois semaines

par Julien Toyer

PARIS (Reuters) - La direction d'Atos a ajourné jeudi l'assemblée générale annuelle du groupe, marquée par la bataille attendue avec ses principaux actionnaires, deux fonds activistes anglo-saxons, à la suite d'un incident de séance.

Elle s'est engagée a convoquer une nouvelle assemblée d'ici trois semaines, pour la plus grande colère des fonds Pardus et Centaurus, qui détiennent de concert 23% du capital de la SSII. Dénonçant une "trahison de la démocratie actionnariale", ils ont annoncé leur intention d'aller en justice pour obtenir une reconvocation au plus vite.

Philippe Germond, le président du directoire, a interrompu les débats après l'annonce d'un revirement de Gérard Guerguerian, président du conseil de surveillance du fonds commun de placement des employés (FCPE) d'Atos Origin - en possession de 3% du capital - qui a exprimé son intention de voter pour les résolutions des fonds alors qu'il était mandaté pour approuver celles présentées par le groupe.

Parmi les résolutions proposées par Centaurus et Pardus, qui réclament un changement de stratégie, figurait la révocation du président du conseil de surveillance d'Atos, Didier Cherpitel.

Philippe Germond a suspendu la séance dans la confusion la plus totale, au milieu d'un intense brouhaha, les deux fonds activistes tentant sans succès de faire procéder à un vote à mains levées pour qu'elle se poursuive après avoir investi la tribune. Les micros ont été coupés et les lumières éteintes, mettant fin à la scène.

"MASCARADE"

"C'est une mascarade !", a déclaré Bernard Oppetit, le président de Centaurus, pendant que celui d'Atos estimait qu'il était de sa "responsabilité, dans l'intérêt de tous les actionnaires, d'ajourner cette assemblée générale" réunie salle Gaveau, à Paris.

Avant cet incident, le président du directoire avait tenté de désamorcer les tensions avec les deux fonds, indiquant être prêt à examiner des offres de fusion et envisager dans les mois qui viennent des acquisitions en Europe et en Inde.

Il a précisé qu'il s'agirait d'acquisitions "ciblées, petites ou moyennes" pour compléter le dispositif du groupe en Europe ainsi qu'en Inde.

Philippe Germond a dit en outre qu'il était "de (s)on devoir de s'asseoir autour de la table" et d'"écouter ce qui se passe" si une offre de fusion ou acquisition lui parvenait.

Dans un autre appel du pied aux fonds, il a ajouté qu'il "ne voyai(t) pas pourquoi Atos ne croîtrait pas au rythme du marché européen, soit entre 4 et 5% par an".

Intervenant lui aussi au début de l'assemblée, le président de Centaurus avait de son côté réaffirmé que les deux fonds n'avaient pas l'intention de prendre le contrôle d'Atos. "Nous aimons Atos et nous voulons participer aux travaux du conseil de surveillance", a dit Bernard Oppetit.

"Nous n'avons aucune intention de prendre le contrôle de la société. Nous sommes des actionnaires minoritaires et nous resterons des actionnaires minoritaires", a-t-il ajouté, alors qu'Atos a reproché à plusieurs reprises à ses deux grands actionnaires de vouloir mettre en oeuvre une "prise de contrôle rampante".

"CONFUSION LOURDE"

Pour justifier sa décision de suspension, Philippe Germond a invoqué par la suite la "confusion lourde" entourant le vote du président du FCPE qui, au vu du quorum constaté à l'assemblée (62,7% des actionnaires d'Atos présents ou représentés), était presque suffisant pour faire basculer les débats en faveur de Centaurus et Pardus.

La Deutsche Bank, qui vient d'acquérir 6,26% d'Atos, n'était pas représentée à l'assemblée.

"Si on peut tenir cette AG la première quinzaine de juin, j'y suis favorable", a dit le président du directoire, en assurant qu'il ne s'agissait pas d'un "coup monté".

"De même que j'espère que Pardus et Centaurus ne suspecteront pas une manoeuvre de ma part, je ne veux pas suspecter une manoeuvre de la leur", a-t-il ajouté, se déclarant ouvert à un dialogue d'ici à la nouvelle assemblée générale.

Il a d'autre part confirmé qu'Atos, après les avoir longtemps rejetés, était prêt à accueillir au conseil de surveillance trois des cinq candidats proposés par les fonds.

L'action Atos a clôturé jeudi en hausse de 2,01%, à 38,53 euros, pour une valorisation boursière de quelque 2,7 milliards d'euros.

Un trader a jugé probable que Centaurus et Pardus se renforcent en vue de la prochaine assemblée afin de garantir un peu plus leur succès. Mais il a également estimé possible qu'Atos Origin ait cherché à gagner du temps pour trouver un chevalier blanc.

Avec la contribution de Dominique Vidalon, Jean-Michel Bélot et Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below