Pas de réforme anticoncentration globale dans l'audiovisuel

mercredi 11 juin 2008 19h21
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - La réforme globale des règles anticoncentration du secteur de l'audiovisuel, permettant à un groupe de détenir plus de 49% de toute chaîne de télévision, n'est pas à l'ordre du jour, déclare Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication.

L'Assemblée nationale a adopté mardi soir un amendement à la loi de modernisation de l'économie faisant passer de 2,5% à 8% le seuil d'audience au-delà duquel un groupe ne peut pas détenir plus de 49% du capital d'une chaîne.

Cet amendement répond aux doléances de groupes comme TF1 et M6, dont l'audience de TMC et W9, leurs chaînes respectives sur la télévision numérique terrestre (TNT) n'a cessé de progresser.

Mais il n'englobe pas l'aspect de la loi de 1986 selon lequel un seul actionnaire ne peut actuellement détenir plus de 49% d'une chaîne de télévision hertzienne et 15% d'une seconde chaîne.

"Il n'y a pas de demande à ce sujet", a dit Christine Albanel à Reuters à l'issue d'une intervention lors d'un colloque sur l'économie de l'audiovisuel à l'Assemblée nationale.

De même, donner la possibilité à un même groupe de posséder plusieurs médias différents (un journal national, une télévision et une radio) "n'est pas à l'ordre du jour", a-t-elle ajouté.

Lors de l'annonce de son projet de réforme de l'audiovisuel au MipCom en octobre dernier, Christine Albanel avait inclus la modification des règles anticoncentration afin de favoriser l'émergence de grands groupes de médias français.

Bouygues détient actuellement 43% de TF1, tandis que Vivendi a 48,5% de Canal+ SA, la structure propriétaire de la licence de la chaîne, et Bertelsmann 48,5% de M6.   Suite...

 
<p>La r&eacute;forme globale des r&egrave;gles anticoncentration du secteur de l'audiovisuel, permettant &agrave; un groupe de d&eacute;tenir plus de 49% de toute cha&icirc;ne de t&eacute;l&eacute;vision, n'est pas &agrave; l'ordre du jour, d&eacute;clare Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication. /Photo prise le 13 f&eacute;vrier 2008/REUTERS/Vincent Kessler</p>