L'accès aux sites pédophiles sera bloqué en France

mardi 10 juin 2008 20h43
 

PARIS (Reuters) - Le ministère de l'Intérieur s'est mis d'accord avec les Fournisseurs d'accès internet (FAI) pour bloquer l'accès des internautes français aux sites pédophiles, déclare Michèle Alliot-Marie.

"Nous ne pouvons tolérer cette exploitation sexuelle des enfants qu'est la cyberpédopornographie. Nous nous sommes mis d'accord: l'accès aux sites à caractère pédopornographique sera bloqué en France", a déclaré la ministre de l'Intérieur.

Cette mesure sera intégrée à la future Loi d'orientation et de programmation de sécurité intérieure (LOPSI), qui sera présentée à la rentrée, a précisé Michèle Alliot-Marie lors des assises du numérique à Paris.

Dès septembre prochain, la France se dotera d'une "plateforme automatisée qui permettra à chaque internaute de signaler automatiquement toute forme de malversation constatée sur internet", a-t-elle ajouté.

Michèle Alliot-Marie a cité l'escroquerie, mais aussi les sites pédopornographiques, l'apologie du terrorisme, l'incitation à la haine raciale.

La plateforme "transmettra ensuite les informations à la justice" lorsque les faits seront caractérisés.

Concernant la pédophilie, la plateforme, "par le biais d'une liste noire, transmettra aux FAI la liste des sites à bloquer."

Pour tout autre site illégal non hébergé en France, les pouvoirs publics saisiront l'autorité judiciaire ou transmettront aux autres pays, par le biais d'Europol ou d'Interpol, les informations dont elles disposeront.

Mais il ne s'agit pas "de créer un 'Big Brother' de l'internet", a dit Michèle Alliot-Marie, soulignant qu'elle n'imposerait pas de solution technique aux professionnels.

Gérard Bon

 
<p>Le minist&egrave;re de l'Int&eacute;rieur s'est mis d'accord avec les Fournisseurs d'acc&egrave;s internet pour bloquer l'acc&egrave;s des internautes fran&ccedil;ais aux sites p&eacute;dophiles. Cette mesure sera int&eacute;gr&eacute;e &agrave; la future Loi d'orientation et de programmation de s&eacute;curit&eacute; int&eacute;rieure, qui sera pr&eacute;sent&eacute;e &agrave; la rentr&eacute;e./Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>