March 11, 2008 / 7:22 AM / 9 years ago

Intel va se défendre contre les accusations de Bruxelles

3 MINUTES DE LECTURE

<p>Le fabricant de semi-conducteurs Intel se d&eacute;fendra mardi et mercredi, lors d'une audition &agrave; huis clos, contre les accusations d'abus de position dominante lanc&eacute;es par la Commission europ&eacute;enne. /Photo prise le 7 janvier 2008/Steve Marcus</p>

BRUXELLES (Reuters) - Le fabricant de semi-conducteurs Intel se défendra mardi et mercredi, lors d'une audition à huis clos, contre les accusations d'abus de position dominante lancées par la Commission européenne.

Le numéro un mondial du secteur, dont le logo figure sur 80% des unités centrales qui font fonctionner PC et serveurs dans le monde, est soupçonné d'avoir accordé des rabais pour évincer un de ses concurrents, l'Américain Advanced Micro Devices.

L'audience est ouverte à Intel et aux plaignants, mais aucune décision ne sera prise: cette procédure débouchera sur un rapport qui permettra à la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, de se faire une religion.

S'il est prouvé qu'Intel a tenté d'évincer AMD en utilisant des pratiques illicites, Kroes peut lui infliger une amende pouvant aller jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires annuel.

Intel rejoindrait alors sur le banc d'infamie Microsoft, qui a été frappé le mois dernier d'une amende de 899 millions d'euros pour n'avoir pas respecté la décision l'obligeant à cesser ses pratiques anticoncurrentielles.

Mais les deux cas sont, selon les juristes, différents.

Microsoft a été condamné pour avoir refusé de divulguer à des conditions raisonnables des informations complètes et précises sur l'interopérabilité aux concepteurs de systèmes d'exploitation pour serveurs de groupes de travail.

Un Cas Classique

Dans le cas d'Intel, il s'agit d'un cas plus classique d'abus de position dominante, puisque la firme américaine aurait accordé des rabais qui rendent pratiquement impossible à un concurrent de résister à un acteur aussi puissant.

La Commission l'accuse aussi d'avoir rétribué des fabricants pour qu'ils retardent ou annulent le lancement de produits utilisant des semi-conducteurs d'AMD et de fournir ses produits à des clients stratégiques, comme les gouvernements, à des prix situés au-dessous des coûts de production.

Intel dément avoir eu de telles pratiques mais le Bureau européen des associations de consommateurs (BEUC), qui regroupe les organisations de 29 pays, s'est joint à l'exécutif européen.

"Nous pensons que le résultat de ce cas est très important du point de vue des consommateurs", a déclaré son directeur général, Monique Goyens.

La Commission a effectué le mois dernier des inspections dans les locaux d'Intel à Munich ainsi que plusieurs distributeurs, comme Metro et Media Markt, qui ne vendent que des ordinateurs équipés de semi-conducteurs Intel.

David Lawsky, version française Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below