Football: Javier Pastore a retrouvé de sa superbe

vendredi 22 février 2013 19h06
 

PARIS (Reuters) - Javier Pastore va mieux, beaucoup mieux depuis plusieurs semaines et cela tombe bien pour le Paris Saint-Germain, à deux jours du "clasico" à la française contre l'OM.

Recruté pour 42 millions d'euros à l'été 2011, l'Argentin a longtemps porté comme un fardeau ce transfert, le plus cher de l'histoire de la Ligue 1, qui lui a valu une réputation de joueur surcoté à cause de performances en dents de scie.

Mais Javier Pastore est en train de donner tort à ses détracteurs comme l'a montré sa prestation à Valence la semaine dernière, en huitième de finale aller de la Ligue de champions.

Il trouve les raisons de ce déclic dans le nouveau système de jeu mis en place par Carlo Ancelotti et un placement différent sur le terrain, où l'Argentin occupe le côté gauche dans un milieu à quatre.

"Ancelotti pense que c'est une position dans laquelle je peux mieux m'exprimer. Ce n'est pas un poste de numéro 10, au sens classique, mais je m'y sens de mieux en mieux et je pense que je peux progresser", a dit Pastore vendredi en conférence de presse.

"Tous les joueurs connaissent des bons et mauvais moments. En ce moment, je me sens bien, je me sens très bien dans ma position. Je vais continuer à travailler", a-t-il ajouté.

Oublié par le sélectionneur argentin ces derniers mois, l'ancien milieu de Palerme espère que ses performances du moment finiront par le rappeler aux bons souvenirs d'Alejandro Sabella.

"Quand on n'est plus appelé en sélection, ce n'est jamais évident. J'aimerais bien y retourner. Je continue à m'entraîner dur, à travailler et j'attends qu'on m'appelle", a-t-il dit.

Malgré une défaite surprise dimanche dernier à Sochaux, Javier Pastore a expliqué qu'à l'heure de recevoir l'OM deux fois d'affilée, le PSG ressentait plus d'excitation que d'appréhension.   Suite...

 
Javier Pastore va mieux, beaucoup mieux depuis plusieurs semaines et cela tombe bien pour le Paris Saint-Germain, à deux jours du "clasico" à la française contre l'OM. /Photo prise le 12 février 2013/REUTERS/Heino Kalis