Ligue des champions: l'Espagne au bord de la déroute

jeudi 21 février 2013 11h41
 

par Iain Rogers

MADRID (Reuters) - La défaite inattendue du FC Barcelone sur la pelouse du Milan AC mercredi en huitième de finale aller de la Ligue des champions met les clubs espagnols dans une situation critique puisque tous risquent d'être éliminés après les matches retour.

Si le Barça, le Real Madrid, Valence et Malaga échouaient en mars, la Liga serait privée de représentant en quart de finale pour la première fois depuis 2005, elle qui a vu Barcelone sacré en 2006, 2009 et 2011 et plaçait encore les Blaugranes et le Real en demi-finale la saison dernière.

Souverain en championnat, le FC Barcelone se retrouve dans la position la plus difficile après avoir été muselé par Milan, dont le succès 2-0 s'est construit sur une organisation sans faille qui a privé Lionel Messi de la moindre occasion.

Le Real Madrid a quant à lui concédé un nul 1-1 sur son terrain face à Manchester United qui le contraint à marquer en Angleterre et à bien sûr ne pas y perdre s'il veut continuer de viser un dixième succès.

Valence a cédé 2-1 à domicile face au Paris Saint-Germain et Malaga, qui a surpris au premier tour, a été dominé 1-0 à Porto.

Mercredi soir, le premier but du Milan juste avant l'heure de jeu a été entaché d'une main de Cristian Zapata mais rien n'a permis de contester le second, inscrit à neuf minutes de la fin par Sulley Muntari.

Le Barça, qui n'avait plus perdu par plus d'un but d'écart depuis janvier 2011 et une défaite 3-1 face au Bétis Séville en Coupe du Roi, devra marquer au moins deux fois le 12 mars au Camp Nou pour ne pas quitter prématurément la compétition.

"PAS AU NIVEAU"   Suite...

 
Les Barcelonais Lionel Messi (à gauche) et Xavi Hernandez après le deuxième but milanais mercredi à San Siro en en huitième de finale de la Ligue des champions. Après les contre-performances du Real Madrid, Valence et Malaga, la défaite inattendue du Barça sur la pelouse du Milan AC met les clubs espagnols dans une situation critique puisque tous risquent d'être éliminés des compétitions européennes, une première depuis 2005. /Photo prise le 20 février 2013/REUTERS/Tony Gentile