Ligue des champions: Arsène Wenger et Arsenal au pied du mur

mercredi 20 février 2013 12h25
 

LONDRES (Reuters) - Au lendemain de la lourde défaite d'Arsenal sur sa pelouse en huitième de finale aller de la Ligue des champions, son entraîneur, Arsène Wenger, semble au pied du mur et condamné à vivre une huitième saison d'affilée vierge de trophée.

La prestation des Gunners face au Bayern Munich (3-1) a été à l'image de ce que produit le club du nord de Londres ces derniers mois, qui lui a valu d'être éliminé des deux Coupes nationales et d'être en cinquième place en Premier League.

Lors du match retour le 13 mars à Munich, Arsenal devra montrer un tout autre visage s'il ne souhaite pas également disparaître de la scène européenne de manière prématurée.

Car à l'Emirates Stadium, le contraste fut saisissant.

Il y avait d'un côté une équipe brillante, solide leader de la Bundesliga avec quinze points d'avance sur son dauphin et peut s'offrir le luxe de démarrer une rencontre de C1 avec Arjen Robben et Mario Gomez comme remplaçants.

De l'autre il y avait Arsenal, sans inspiration, sans génie et surtout sans profondeur de banc.

Un seul joueur sort du lot côté Gunners depuis le début de la saison, Jack Wilshere. Mais malgré tous les efforts qu'il fournit, le jeune Anglais ne peut pas porter toute son équipe sur ses épaules à chaque match.

Pour le milieu de terrain, il s'agit d'ailleurs d'une faillite collective et non de la faute d'Arsène Wenger, qu'il estime toujours être l'homme de la situation.

"Ça n'a rien à voir avec le manager. C'est lui qui choisit de mettre les gars sur le terrain ou non, et après c'est à nous de réussir", estime-t-il.

"Il faut que les joueurs prennent leurs responsabilités, nous sommes assez grands pour ça. Il est là depuis seize ans, il a accompli un travail exceptionnel, on ne peut pas le remettre en question", dit-il, allusion aux trois titres de champion d'Angleterre gagnés par Arsenal sous la houlette de l'Alsacien.

Mark Meadows, Olivier Guillemain pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 
Après la lourde défaite 3-1 d'Arsenal sur sa pelouse en huitième de finale aller de la Ligue des champions, son entraîneur, Arsène Wenger, semble au pied du mur et condamné à vivre une huitième saison d'affilée vierge de trophée. /Photo prise le 18 février 2013/REUTERS/Eddie Keogh