JO: la lutte peut changer, indique sa fédération internationale

lundi 18 février 2013 14h17
 

par Karolos Grohmann

BERLIN (Reuters) - La lutte est prête à changer et à corriger les erreurs qui l'ont conduite à devenir simple candidate aux Jeux Olympiques de 2020, a affirmé lundi le chef par intérim de la fédération internationale de lutte (Fila), Nenad Lalovic.

Ce Serbe de 54 ans a été élu au cours du week-end après un vote de défiance visant l'ancien président Raphael Martinetti, le poussant à la démission.

Nenad Lalovic affirme que les membres du bureau de la fédération de lutte n'ont pas été informés du vote du Comité international olympique (CIO).

"Je suis surpris de la décision du CIO parce que nous (les membres du bureau de la Fila) avons été laissés sans information", a-t-il expliqué à Reuters.

"Personne ne savait qu'une commission du CIO travaillait sur ces problématiques. En tant que membres du bureau, nous n'avions pas accès à ces informations.

"Pourquoi nous n'avons pas eu accès à ces informations ? C'est une autre question à laquelle il faudra répondre", a déclaré Nenad Lalovic, alors qu'il revenait d'une compétition de la Fila en Thaïlande.

La lutte figurait au programme des premiers Jeux olympiques modernes en 1896 et, 1900 exceptée, elle en a toujours fait partie depuis. Elle faisait également partie des sports figurant au programme des anciens Jeux, à Olympie.

Elle a été incluse la semaine dernière dans une liste de huit sports candidats à la seule place disponible pour 2020, avec le baseball/softball, le karaté, le roller, l'escalade sportive, le squash, le wakeboard et le wushu.   Suite...

 
Combat entre le Cubain Livan Lopez Azcuyors (à droite) et Jabrayil Hasanov d'Azerbaïdjan, lors des JO de Londres. La lutte est prête à changer et à corriger les erreurs qui l'ont conduite à devenir simple candidate aux Jeux Olympiques de 2020, selon le chef par intérim de la fédération internationale de lutte (Fila), Nenad Lalovic. /Photo prise le 12 août 2012/REUTERS/Suhaib Salem