5 février 2013 / 15:07 / dans 5 ans

Football: le scandale des matches truqués fait réagir Singapour

La police de Singapour a dit mardi qu'elle collaborait avec ses homologues européennes dans le cadre de l'enquête sur un vaste réseau de corruption accusé d'avoir truqué des centaines de matches de football. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

par Justin Palmer

LONDRES (Reuters) - Au lendemain de l‘annonce de la mise au jour d‘un vaste réseau de corruption dans le football, la police de Singapour a proposé son aide à ses homologues européennes pendant que certains connaisseurs ont minimisé le caractère nouveau de ce scandale.

Les policiers d‘Europol ont frappé un grand coup lundi en affirmant avoir dénombré 680 matches présumés truqués, y compris des rencontres éliminatoires de Coupe du monde et de Ligue des champions, au sein d‘une cellule active de 2008 à 2011.

Selon l‘institution européenne, près de 425 responsables, joueurs et criminels sont impliqués dans quinze pays avec un réseau basé à Singapour qui aurait généré au moins huit millions d‘euros de profits.

Mardi, la ville-Etat a fait savoir qu‘elle collaborait avec Europol.

“Les autorités de Singapour aident les autorités européennes dans leur enquête sur un réseau international de trucage de matches qui impliquerait des Singapouriens”, ont indiqué les autorités policières.

“Singapour a une position de fermeté sur les matches truqués et s‘engage à oeuvrer avec les organismes internationaux de maintien de l‘ordre pour faire tomber les réseaux criminels transnationaux, dont ceux qui impliquent des Singapouriens à l‘étranger, et préserver l‘intégrité du sport.”

Europol, qui a agi en coordination avec des procureurs nationaux, a dénombré 380 matches truqués en Europe et 300 autres en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Les enquêteurs ont refusé de dévoiler le moindre nom de joueur ou de club tant que les investigations ne seraient pas achevées.

“LES MATCHES TRUQUÉS ONT TOUJOURS EXISTÉ”

En Europe, de nombreux matches des championnats européens sont concernés ainsi que deux matches de Ligue des champions. Selon le quotidien danois Ekstra Bladet, l‘un deux serait un match de groupes ayant opposé en 2009 Liverpool à Debrecen.

D‘après ce media, les paris truqués auraient porté sur le nombre de buts marqués dans cette rencontre, remportée 1-0 par les Anglais, et la principale personne approchée aurait été le gardien de but monténégrin Vukasin Poleksic.

A Debrecen, cette révélation a fait sourire et laissé plus d‘un dubitatif. Le club hongrois a en effet fait valoir que l‘affaire avait déjà été traitée par l‘UEFA en 2010 et que le gardien de but en question avait été suspendu deux ans pour n‘avoir pas fourni de preuves suffisantes pour toute une série de matches présumés truqués, dont celui face à Liverpool.

Un autre connaisseur de ces pratiques de corruption a lui aussi estimé mardi que ces pratiques de corruption dans le football n‘avaient rien de neuf.

“Les matches truqués ont toujours existé dans le football”, a ainsi expliqué le sélectionneur belge du Burkina Faso Paul Put, suspendu trois ans pour avoir participé à des trucages de matches en 2005 en Belgique.

“Si vous regardez le cyclisme, et Lance Armstrong particulièrement, c‘est toujours lui qui a été visé mais au final, tout le monde se dope”, a-t-il ajouté, estimant que ce mal frappant le football ne risquait pas de disparaître de sitôt.

“A l‘époque où j‘étais joueur, j‘ai vu un certain nombre de choses. Je ne pense pas que l‘on puisse changer ça. C‘est malheureux à dire mais je pense que cela touche tous les sports.”

Une autre réaction du même type, fataliste, a marqué la journée de mardi. Celle-ci est venue d‘Espagne et du vice-président de la Ligue professionnelle de football, Javier Tebas.

“Ici, on n‘admet pas cette maladie donc on ne peut pas soigner le patient”, a-t-il dit au quotidien sportif Marca.

“Il y a des institutions qui ne sont pas au courant de ce qui se passe. Il y a des matches truqués et des paris illégaux. C‘est un petit pourcentage mais il y a aussi de la corruption en Espagne”, a-t-il ajouté.

En Allemagne, le président de la Ligue de football allemande (DFL) a tenu le discours exactement inverse. “D‘après ce que l‘on sait, la première et la deuxième division ne sont pas touchées”, a dit Reinhard Rauball.

Olivier Guillemain pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below