Coupe Davis: Arnaud Clément s'est senti à sa place

dimanche 3 février 2013 16h46
 

par Chrystel Boulet-Euchin

ROUEN (Reuters) - Arnaud Clément sort comblé de sa première rencontre de Coupe Davis sur la chaise de capitaine où il n'a connu aucune frayeur et s'est senti parfaitement à son aise, comme il le raconte dans un entretien à Reuters.

L'équipe de France a décroché samedi son billet pour les quarts de finale en battant aisément Israël (5-0) à Rouen.

Reuters : Comment avez vous vécu cette transition du statut de joueur, il y a encore sept mois, à celui de capitaine ?

Arnaud Clément: Ça s'est fait assez naturellement et progressivement. J'ai eu le temps, le luxe, pendant des mois d'aller voir les joueurs, de discuter. Et aussi le temps, progressivement, de voir le regard changer et les gars se dire 'ce n'est plus Arnaud le joueur, c'est notre capitaine'. Il n'y a pas eu de moment où je me suis dit 'ho la la, j'ai arrêté de jouer', il n'y a rien eu de très violent au niveau intérieur. C'était très naturel à ce moment-là que j'arrête de jouer et après, ça c'est fait en douceur.

Reuters: Passer du rôle d'équipier au rôle de "chef" n'a posé de problème à personne?

Arnaud Clément: Je ne crois pas. Je ne l'ai pas ressenti du tout. Cela vient du fait qu'ils ont été consultés, ils se sont concertés et ils ont pris une décision ensemble. Ils sont très conscients de ce qu'implique le rôle de capitaine, prendre des décisions, faire des choix. Ils s'attendaient à ça parce que c'est la fonction qui le veut.

Reuters: Dans cette rencontre où il n'y a pas eu de gros suspense, vous n'avez pas eu de fourmis dans les jambes?

Arnaud Clément: Pas du tout. Quand tu as quatre mecs médaillés (olympiques) qui font partie de la poignée des meilleures équipes du monde en double, deux gars dans le Top 10, un gars qui a fait quart de finale à l'Open d'Australie, quand tu as un mec qui est 15e mondial et qui n'est même pas là et qui aurait pu être le sixième homme, comment peut-on penser à ça ? Même si nous avions été en difficulté, à aucun moment je ne me serais posé la question, à aucun moment, je n'aurais eu envie de jouer. Par contre j'aime jouer, j'ai pris beaucoup de plaisir à taper la balle avec eux mais sur un demi-terrain, pour faire le quatrième quand il y avait besoin en double mais ça reste vraiment pour donner un coup de main. Mais refaire de la compétition, non!   Suite...

 
Arnaud Clément sort comblé de sa première rencontre de Coupe Davis sur la chaise de capitaine où il n'a connu aucune frayeur et s'est senti parfaitement à son aise, comme il le raconte dans un entretien à Reuters. L'équipe de France a décroché samedi son billet pour les quarts de finale en battant aisément Israël (5-0). /Photo prise le 1er février 2013/REUTERS/Charles Platiau