Dopage: Fuentes ne sera pas obligé de donner les noms de clients

mercredi 30 janvier 2013 15h19
 

par Iain Rogers

MADRID (Reuters) - Eufemiano Fuentes, le médecin au centre de l'affaire Puerto en Espagne, ne sera pas obligé de donner les noms des clients dont le sang congelé a été retrouvé lors d'une perquisition par la police, a annoncé mercredi la juge présidant son procès.

A son deuxième jour à la barre, le médecin espagnol, qui nie être au centre d'un réseau de dopage sanguin, a dit qu'il connaissait les noms correspondant à des codes inscrits sur des poches de sang.

Présent à Madrid, le Comité international olympique italien (Coni) a demandé qu'il s'exécute mais la juge Julia Santamaria a prévenu qu'elle n'obligerait pas Fuentes à révéler les noms de ses clients, même si elle ne l'en empêcherait pas.

Fuentes a reconnu être au courant du taux élevé d'EPO retrouvé dans certaines poches de sang mais il a nié y avoir introduit l'hormone artificielle.

Fuentes est jugé à Madrid avec quatre autres prévenus dans le procès de l'affaire Puerto, près de sept ans après la saisie de matériel de transfusion, de poches de sang et de stéroïdes anabolisants qui a permis de mettre ce réseau au jour.

Ce procès est particulièrement suivi car les autorités antidopage, représentées au tribunal, espèrent qu'il aboutira à la découverte de cas de dopage dans d'autres sports que le cyclisme, premier concerné par cette affaire.

Les poches de sang saisies en 2006, dont certaines contenaient des traces d'EPO, ont été attribuées par l'enquête à de nombreux coureurs cyclistes dont Ivan Basso, double vainqueur du Giro, ou Jan Ullrich, qui avaient tous deux été exclus du Tour de France juste avant son départ de Strasbourg cette année-là.

Fuentes a dit au tribunal avoir travaillé avec des athlètes de "tous types" de sports et a mentionné spécifiquement le cyclisme, le football, le tennis, l'athlétisme ou la boxe, soulignant toutefois que l'immense majorité étaient des cyclistes.

Julien Prétot pour le service français

 
Le docteur Eufemiano Fuentes (à gauche) et les quatre autres prévenus comparaissant devant un tribunal madrilène dans le procès de l'affaire Puerto. La juge présidant ce procès a annoncé mercredi que le docteur Fuentes ne serait pas obligé de donner les noms des clients dont le sang congelé a été retrouvé lors d'une perquisition par la police en 2006, qui avait contribué à mettre au jour un réseau de dopage sanguin. /Photo prise le 28 janvier 2013/REUTERS/Sergio Perez