20 janvier 2013 / 11:03 / il y a 5 ans

Ligue 1: la solidité des Girondins à l'épreuve du PSG

FACE-À-FACE BORDEAUX-PSG POUR LA 21E JOURNÉE DE LIGUE 1

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Réputés pour leur rigueur défensive et toujours invaincus à domicile en Ligue 1 cette saison, les Girondins de Bordeaux pensent malgré tout pouvoir faire mieux qu‘un simple match nul, dimanche, contre le Paris Saint-Germain de Zlatan Ibrahimovic.

En août, les joueurs de Francis Gillot, qui affichent la deuxième meilleure défense du championnat, avaient certes mis en échec l‘attaque parisienne au Parc des Princes mais ils s‘étaient contentés d‘un match nul 0-0.

Tenus en échec cinq fois de suite en Ligue 1 au mois de décembre, les Bordelais ont pour l‘essentiel construit leur réputation à l‘extérieur grâce à leur défense à cinq devenue quasiment infranchissable.

Et leur victoire à Rennes le week-end dernier (2-0) n‘a pas suffi à les débarrasser de cette étiquette. Une réputation un peu injuste, selon le milieu de terrain Ludovic Obraniak.

“C‘est vrai que si on regarde le mois de décembre, on a été moins bien au niveau du jeu”, a concédé lors d‘une conférence de presse l‘international polonais, de retour de blessure après deux mois d‘absence.

Mais Ludovic Obraniak n‘y voit pas une marque de fabrique: “Je suis très confiant sur le jeu de notre équipe. On a montré à maintes reprises qu‘on était capable de faire des bons matchs, d‘allier la manière aux résultats.”

Son collègue du milieu de terrain Fahid Ben Khalfallah est plus sensible à cette critique.

“On a un peu cette image d‘équipe défensive cette saison alors que ce n‘était pas le cas l‘année dernière. On a fait des matches comme à Lyon, à Paris d‘où on a amené des points mais on a un peu bétonné. Ca ne fait pas énormément plaisir”, a-t-il dit.

“DES COUPS À JOUER”

“Après, on est quatrième (au coup d‘envoi de la journée, NDLR) malgré tout. On est capable, que ce soit en Coupe d‘Europe ou en championnat, de faire de bonnes choses”, a souligné l‘ancien Valenciennois.

A Chaban-Delmas, Bordeaux a concédé six matchs nuls en neuf rencontres depuis le début de la saison.

Pour s‘imposer dimanche, le club devra donc montrer d‘autres arguments, en particulier dans le secteur offensif. C‘est justement là que le bât blesse, puisque les Girondins sont 13es au classement des attaques de Ligue 1 et n‘ont marqué que neuf buts en autant de rencontres à domicile.

“Il va falloir mettre beaucoup d‘impact physique, essayer de joueur notre va-tout. (...) On a des coups à jouer, notamment offensifs. Il faudra aussi gagner la bataille du milieu de terrain”, a anticipé Ludovic Obraniak.

Pour l‘entraîneur Francis Gillot, il faut “trouver l‘équilibre qui sera fragile”. “Si on n‘attaque pas à quatre ou cinq, on n‘a aucune chance de marquer un but parce que derrière ils sont solides. Mais si on le fait, on sait qu‘on s‘expose à des contres meurtriers”.

La tâche ne s‘annonce pas facile: le Paris Saint-Germain n‘a encaissé que 12 buts en 20 matches de Ligue 1 et affiche jusqu‘à présent la défense la plus étanche. Juste devant Bordeaux.

Edité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below