Open d'Australie: Simon exténué après son marathon contre Monfils

dimanche 20 janvier 2013 11h18
 

MELBOURNE (Reuters) - Près de quinze heures après sa balle de match victorieuse face à Gaël Monfils (6-4 4-6 4-6 1-6 8-6), Gilles Simon, tête de série n°14, ne s'accordait dimanche après-midi que très peu de chances face à Andy Murray (n°3) en huitième de finale de l'Open d'Australie.

Le Français est venu expliquer comment il avait digéré les longs efforts (4h43) consentis pour accéder à ce stade du tournoi.

"D'habitude, je ne crampe jamais mais là, c'est arrivé dès la fin du deuxième set, a dit Gilles Simon. Je ne me voyais pas gagner le cinquième set, je me demande encore comme il a tourné."

"Après l'interview sur le court, il y a cinq petites marches à monter et là, j'ai pris des crampes généralisées, je me suis allongé dans le parking. Ensuite, cela a été pénible pendant une heure."

"A un moment, ils m'ont envoyé tout le monde: les pompiers. Il ne manquait plus que le pasteur, le révérend et le notaire et on était bien... On a fait de longs soins, on a essayé de ne rien oublier et on a fini à 5 heures du matin", a-t-il poursuivi.

"A ce moment, je me suis offert une petite bière. Ma compagne avait envoyé un petit message au kiné pour dire qu'elle ne voulait pas me voir parce que mon petit allait me réveiller. Donc il fallait que je dorme ailleurs. Et j'ai dormi dans la chambre du kiné."

Face au Britannique Andy Murray, un adversaire contre lequel il reste sur neuf défaites consécutives, Gilles Simon s'est fixé un seul objectif: "(Lui) rendre le match le plus dur possible."

Eric Salliot, édité par Jean-Stéphane Brosse

 
Gilles Simon après sa victoire samedi à Melbourne contre Gaël Monfils. Cette qualification pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie, qui lui vaudra d'affronter Andy Murray (tête de série n°3) a été acquise de haute lutte (6-4 4-6 4-6 1-6 8-6, en 4h43) et a valu au Français des crampes généralisées après sa sortie du court. /Photo prise le 20 janvier 2013/REUTERS/Toby Melville