Dopage: le cyclisme pourrait perdre sa place aux JO

mardi 15 janvier 2013 22h02
 

par Steve Keating

TORONTO (Reuters) - Le cyclisme pourrait être supprimé du programme des Jeux olympiques si Lance Armstrong déclare qu'il a été couvert par l'Union cycliste internationale lorsqu'il se dopait, a déclaré mardi à Reuters Dick Pound, membre du CIO.

Une commission indépendante a été chargée de faire la lumière sur des allégations contenues dans le rapport de l'Agence américaine antidopage (Usada) à charge contre Armstrong, selon lesquelles l'UCI l'aurait couvert lors d'un contrôle positif en 2001.

Si l'ancien coureur, suspendu à vie et déchu de ses sept Tours de France, venait à démontrer que l'UCI a effectivement agi ainsi, le Comité international olympique n'aurait d'autre choix que de prendre des décisions drastiques, a estimé Dick Pound.

"Le seul moyen de nettoyer tout ça serait que tous ces gens se disent: 'Hé, on n'est plus aux Jeux et on veut y être, donc regagnons notre place", a déclaré Dick Pound lors d'un entretien téléphonique.

"Le CIO devrait s'en saisir, (l'UCI) n'est pas connue pour ses actes forts contre le dopage", a ajouté Dick Pound, ancien président de l'Agence mondiale antidopage.

"C'était pareil avec l'haltérophilie il y a quelques années, à un moment donné vous prenez les choses en main (...) et ils se disent: 'Bon, on ne peut pas punir des athlètes innocents en laissant ce sport être supprimé du programme."

Armstrong a accordé à Oprah Winfrey un entretien dans lequel il avoue pour la première fois s'être dopé, selon l'animatrice américaine. L'interview, enregistrée lundi, doit être diffusée jeudi.

Le cycliste texan a été sanctionné sur la base d'un rapport de l'Usada selon lequel il aurait dit à deux anciens coéquipiers avoir été couvert par l'UCI et contre rémunération après avoir été pris lors d'un contrôle en 2001.   Suite...

 
Dick Pound, membre du Comité international olympique, a déclaré que le cyclisme pourrait être supprimé du programme des Jeux olympiques si Lance Armstrong déclarait qu'il avait été couvert par l'Union cycliste internationale lorsqu'il se dopait. /Photo d'archives/REUTERS/Bogdan Cristel