14 janvier 2013 / 13:02 / dans 5 ans

Tennis: Marion Bartoli relance le feuilleton Fed Cup

La Fed Cup et Marion Bartoli ont de nouveau été un sujet de discussions vives et parfois confuses lundi en marge de la première journée de l'Open d'Australie. La n°1 française a surpris tout le monde en évoquant la possibilité de son retour dans une compétition à laquelle elle refuse de participer depuis la finale de 2004. /Photo prise le 14 janvier 2013/REUTERS/Navesh Chitrakar

par Eric Salliot

MELBOURNE (Reuters) - La Fed Cup et Marion Bartoli ont de nouveau été un sujet de discussions vives et parfois confuses lundi en marge de la première journée de l‘Open d‘Australie.

La n°1 française a surpris tout le monde en évoquant la possibilité de son retour dans une épreuve à laquelle elle refuse de participer depuis la finale de 2004 contre la Russie à cause du fonctionnement de l‘équipe de France.

Vainqueur de son match de premier tour face à l‘Espagnole Anabel Medina Garrigues 6-2 6-4, Marion Bartoli a relancé le feuilleton en affirmant que son heure pourrait sonner après une éventuelle défaite au premier tour du groupe Mondial II, les 9 et 10 février face à l‘Allemagne.

Amélie Mauresmo, qui a été nommé en juillet dernier capitaine de l‘équipe de France, a très vite réagi.

“Le mode de fonctionnement en équipe que j‘ai arrêté n‘est pas dépendant des résultats de février”, a-t-elle dit à Reuters. “Il a été arrêté pour toutes les rencontres, pas juste pour la première et on verra après. Je peux le répéter quatre mille fois s‘il le faut.”

Marion Bartoli n‘a pas cillé devant cette mise au point.

“Je sais que les journalistes sont friands de polémique et aiment nous mettre les unes contre les unes”, a-t-elle dit.

“La dernière fois que j‘ai eu Amélie au téléphone, elle m‘a dit que pour le premier tour c‘était comme ça mais que cela ne nous empêchait pas de continuer à discuter. Il n‘y a pas de révolution. Peut-être qu‘il y aura une évolution mais ce n‘est qu‘un peut-être”.

“RABATTRE SON CAQUET”

Marion Bartoli boycotte la Fed Cup parce que son père, Walter, n‘est pas autorisé à l‘accompagner dans une épreuve par équipes nationales où les entraîneurs particuliers des joueuses ne sont pas acceptés.

“Ce n‘est pas possible actuellement”, a-t-elle reconnu.

Pauline Parmentier et Alizé Cornet, qui sont titulaires depuis de nombreuses années en Fed Cup, ont également contré leur n°1.

“Ça fait quatre ans qu‘on en c.... On est lucides pour savoir qu‘on serait plus fortes avec Marion Bartoli mais si elle a envie de venir, qu‘elle nous le prouve. Il y a des efforts à faire des deux côtés, comme cela a été le cas avec Aravane Rezaï”, a déclaré Pauline Parmentier.

“Ce qui me gêne, c‘est qu‘elle ne semble pas vouloir faire les premiers tours et qu‘elle arriverait comme une reine pour le barrage. Il faut savoir qu‘à Limoges, pour le match face à l‘Allemagne, il n‘y aura qu‘un court. Si elle souhaite quatre heures d‘entraînement avec son père, on fait comment, nous ? On fait du tricot ?”

Alizé Cornet s‘est elle aussi montrée assez piquante. “J‘ai entièrement confiance en Amélie”, a-t-elle dit.

“Je ne sais pas pourquoi Marion provoque comme cela. Ça n‘a aucun intérêt, à part mettre des bâtons dans les roues de l‘équipe. J‘espère qu‘on va lui rabattre son caquet en battant l‘Allemagne, comme cela on n‘aura pas besoin d‘elle.”

Edité par Jean-Paul Couret

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below