Vendée Globe: Gabart et Le Cléac'h, toujours en deux de couple

lundi 7 janvier 2013 11h05
 

par Sophie Greuil

PARIS (Reuters) - Siamois pendant un mois et demi de course, François Gabart et Armel Le Cléac'h sont entrés dans l'Atlantique par des routes différentes qui peuvent rebattre les cartes du Vendée Globe à l'approche de zones parfois peu ventées.

Après 58 jours de course, François Gabart sur 'Macif' devançait de 58 milles son concurrent sur 'Banque Populaire' au classement de 08h00 GMT, lundi, et s'attendait à ce que leurs routes se croisent encore.

"Nous sommes au près, les bateaux penchent mais, ne vont pas très vite, pour autant. Certes, onze noeuds de vent, ce n'est pas ridicule. Ne vous prenez pas trop la tête pour savoir qui va aller le plus vite des deux. Patience", s'amusait le leader.

"Nos routes risquent encore de converger. Comme un bon vieux couple, on va encore certainement se retrouver", ajoutait le benjamin de la course, qui effectue à 29 ans son premier tour du monde en solitaire.

Comme depuis le départ des Sables d'Olonne, Armel Le Cléac'h préfère les routes les plus courtes aux plus rapides, mieux ventées. Décalé à l'ouest, le skipper de 'Banque Populaire' devrait y être le premier à toucher une dépression et s'est donc rapproché de la route directe.

"Entre le Cap Horn et le Brésil, cette partie de l'Atlantique n'est pas la plus simple au niveau de la stratégie. Les fichiers météorologiques changent tous les jours", a expliqué 'le chacal'.

"Il faut trouver le meilleur chemin pour aller rejoindre les alizés au niveau du Brésil. Depuis le Horn, ce ne sont pas des vacances", résume le marin de 35 ans, deuxième du Vendée Globe en 2008-2009.

GRIGNOTAGE   Suite...

 
LE PARCOURS DU VENDÉE GLOBE