Football: Le Milan s'arrêterait de jouer à chaque chant raciste

vendredi 4 janvier 2013 19h42
 

ROME (Reuters) - Les joueurs du Milan AC quitteront le terrain chaque fois qu'ils entendront des chants racistes monter des tribunes, a prévenu vendredi le propriétaire du club, Silvio Berlusconi.

"Je certifie que dans tous les matches, y compris les matches internationaux, où des incidents de ce type surviendraient, le Milan quittera le terrain", a déclaré l'ancien président du Conseil italien.

Le milieu de terrain ghanéen Kevin Prince Boateng a quitté la pelouse de Busto Arsizio, jeudi, pour protester contre les chants racistes de plusieurs supporteurs de Pro Patria, un club de quatrième division, provoquant l'interruption de la rencontre amicale.

Les insultes visaient également ses coéquipiers Urby Emanuelson, Sulley Muntari et Mbaye Niang.

Silvio Berlusconi, candidat aux prochaines élections législatives, a salué la réaction de l'équipe à "cet épisode honteux de racisme" et a précisé qu'il avait téléphoné à Boateng pour le féliciter.

"Il est temps pour les autorités du football de se lever et d'agir. Nous avons besoin de voir de véritables actions qui auront une véritable influence", a estimé de son côté l'ancien joueur du Milan AC et de l'Inter Milan, Patrick Vieira sur Twitter.

Le président de la Fédération italienne de football, Giancarlo Abete, a fait savoir qu'il avait demandé à rencontrer le chef de la police italienne, Antonio Manganelli, pour discuter d'une plus étroite coopération et d'une présence policière renforcée dans les stades, à la suite de cet incident.

Naomi O'Leary, Marine Pennetier pour le service français

 
Silvio Berlusconi (au centre) dans les tribunes de San Siro. Les joueurs du Milan AC quitteront le terrain chaque fois qu'ils entendront des chants racistes monter des tribunes, a prévenu vendredi l'ancien président du Conseil italien, également propriétaire du club. /Photo prise le 25 février 2012/REUTERS/Stefano Rellandini