Vendée Globe: François Gabart vire le Horn dans un temps record

mercredi 2 janvier 2013 07h38
 

PARIS (Reuters) - François Gabart a franchi le cap Horn à la tête de la flotte des 13 solitaires du Vendée Globe, mardi, dans un temps record de 52 jours, six heures et 18 minutes de course, ont annoncé les organisateurs.

Le skipper de Macif, qui est à 29 ans le plus jeune concurrent encore en lice dans ce tour du monde sans escale et en solitaire, a amélioré de quatre jours, huit heures et 50 minutes le précédent record de 56 jours, 15 heures et huit minutes détenu par Michel Desjoyeaux, vainqueur en 2008 en 84 jours.

François Gabart n'était pas encore "cap-hornier". Les organisateurs précisent que le passage du Cap Horn s'est effectué dans des conditions de navigation trop difficiles pour permettre de le joindre rapidement.

Armel Le Cléac'h a été le deuxième à franchir le cap avec une heure et 15 minutes de retard à la barre de Banque Populaire.

"C'est mon deuxième cap Horn, quatre ans après mon Vendée Globe en 2008. Malheureusement les conditions sont différentes, on ne voit pas grand chose. Je vois le cap au radar mais visuellement, à l'extérieur, j'ai du mal à le voir dans la grisaille", a-t-il déclaré joint en visio-conférence par les organisateurs.

Le passage du cap Horn marque la bascule vers l'hémisphère Nord que Michel Desjoyeaux a décrit comme "synonyme de délivrance et de retour à la civilisation".

"Avec les glaces qui sont présentes tout au long de la remontée vers les îles des Etats, on va essayer d'être vigilant. Il fait encore jour, mais dans quelques heures, la nuit va tomber, on va essayer d'éviter ces zones dangereuses", a déclaré Armel Le Cléac'h.

"Quand on sera au niveau des îles, d'ici environ 150 milles, les conditions seront plus simples. Le champagne est au frais pour fêter le cap Horn, on va essayer de faire une petite vidéo tout à l'heure. Quand on aura passé tout ça dans un peu moins de 150 milles ce sera la délivrance, on pourra savourer dans l'Atlantique."

Jean-Paul Couret, édité par Danielle Rouquié

 
LE PARCOURS DU VENDÉE GLOBE