Ligue 1: malgré la disette, les Verts confiants pour dimanche

dimanche 23 décembre 2012 10h56
 

par André Assier

SAINT-ETIENNE (Reuters) - Avant d'aller défier Marseille, dimanche en clôture de la 19e journée de Ligue 1, Saint-Etienne tâche de ne pas dramatiser sa disette de buts, qui dure depuis près de 500 minutes et a mis un sérieux coup de frein à ses ambitions.

Les Verts n'ont plus marqué depuis le 23 novembre et le but vainqueur contre Valenciennes (1-0) qui les propulsait alors de façon provisoire en tête du championnat.

Si un 0-0 a suffi à tenir jusqu'aux tirs au but et éliminer le Paris Saint-Germain en quart de finale de la Coupe de la Ligue, ce mutisme offensif fait mal en Ligue 1 : quatre matches, deux nuls 0-0, deux défaites à domicile contre Lyon (1-0) puis Lorient (2-0) et aujourd'hui, une place de huitième à sept points du trio de tête PSG-OL-OM.

"Oui, je connais la statistique. Mais cela peut aussi vouloir dire qu'elle peut s'arrêter", dit l'entraîneur Christophe Galtier, dont l'équipe était il y a peu saluée pour son jeu tourné vers l'attaque et prolifique en buts.

"Cela peut être un poids, mais si cela se débloque dimanche, ce serait un bien pour tour le monde", reprend-il, puis d'invoquer le manque d'énergie pour expliquer ce mal.

"Quand il n'y a pas la fraîcheur, il n'y a pas cette petite précision dans le dernier geste. Il y a toujours le même groupe depuis quelques temps. Je ne peux pas faire souffler certains et opérer des changements qui redonneraient de l'oxygène à tout le monde."

Le défenseur François Clerc abonde dans ce sens : "Nous avons ressenti de la fatigue et nous avons manqué de jus dimanche dernier face à Lorient. Nous étions dans le dur."

"PAS DE BONS BALLONS"   Suite...

 
L'entraîneur de l'ASSE Christophe Galtier. Avant d'aller défier Marseille, dimanche en clôture de la 19e journée de Ligue 1, Saint-Etienne tâche de ne pas dramatiser sa disette de buts, qui dure depuis près de 500 minutes et a mis un sérieux coup de frein à ses ambitions. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Pratta