Vendée Globe: la flotte vers les 50èmes hurlants

lundi 17 décembre 2012 13h40
 

par Sophie Greuil

SYDNEY (Reuters) - Après 37 jours de course et deux caps virés sur trois, François Gabart emmène la flotte du Vendée Globe dans les mers du sud où les proues des voiliers plantent dans les creux des 50èmes hurlants et les barbes des solitaires givrent.

Au dernier classement, le skipper de Macif devançait, de 20 petits milles, Armel Le Cléac'h sur Banque Populaire, son inséparable compagnon de route, à la limite de naviguer à vue après 10.600 milles.

Entre deux pointes de vitesse, dont la dernière convertie en record du monde après avoir siroté 545,34 milles en un jour tout en avalant, dans le même temps, 6000 calories pour engloutir cet enfer, François Gabart se relaxe dans son pouf à billes :

"La mer est, particulièrement, désordonnée, anarchique : un vrai bazar. Ce phénomène est certainement dû au mélange des 50.000 dépressions passées ici en cinquante ans", dit-il entre deux thés brûlants au miel charentais.

Si Armel Le Cléac'h fut le premier à passer l'Equateur et le Cap de Bonne Espérance, François Gabart a été le premier au Cap Leeuwin en Australie.

Lancé comme un ballon avec une voile d'avant abritant un secret, le skipper de Macif l'a franchi au bout de 34 jours et 10 heures en battant le record établi par Vincent Riou avec 36 jours et 12 heures en 2005, l'année de sa victoire.

"ROCK AND ROLL"

Armel Le Cléac'h transpire, aussi, sous ces températures polaires à l'amorce du Pacifique, plus amical que l'Indien.   Suite...

 
<p>LE PARCOURS DU VEND&Eacute;E GLOBE</p>