7 décembre 2012 / 19:23 / dans 5 ans

Football: le projet d'un Euro 2020 de globe-trotter séduit

<p>La d&eacute;cision de l'UEFA d'organiser l'Euro 2020 de football dans diverses villes &agrave; travers tout le continent plut&ocirc;t qu'un ou deux pays comme &agrave; l'habitude a re&ccedil;u un accueil plut&ocirc;t enthousiaste dans un contexte de crise &eacute;conomique. /Photo prise le 1er juillet 2012/REUTERS/Tony Gentile</p>

par Tom Pilcher

LONDRES (Reuters) - La décision de l‘UEFA d‘organiser l‘Euro 2020 de football dans diverses villes à travers tout le continent plutôt qu‘un ou deux pays comme à l‘habitude a reçu un accueil plutôt enthousiaste dans un contexte de crise économique.

L‘instance dirigeante du football européen a présenté ce projet jeudi en mettant en avant le fait que les petits pays pourraient ainsi accueillir cette prestigieuse compétition dont les coûts d‘organisation sont généralement trop élevés pour eux.

A partir de l‘Euro 2016, qui sera organisé en France, le format du tournoi passera qui plus est de 16 à 24 équipes, ce qui alourdira la facture pour les pays-hôtes.

Jeudi, lors de l‘annonce de cette initiative d‘un Euro de toute l‘Europe, l‘UEFA a toutefois précisé que seule l’édition 2020 serait organisée de la sorte parce qu‘elle marquera le soixantième anniversaire de la création de la compétition.

Le président du Conseil d‘administration du Bayern Munich, Karl-Heinz Rummenigge, a été l‘un des premiers vendredi à saluer cette initiative.

“En ces temps d‘union de l‘Europe, je considère qu‘il s‘agit d‘une bonne décision. En cette période de crise de la zone euro, on ne doit pas obliger un ou deux pays à investir seuls dans des projets d‘infrastructures mais utilisera plutôt celles qui existent déjà”, s‘est félicité le dirigeant allemand.

Le président de la Fédération portugaise de football, Fernando Gomes, a lui aussi jugé l‘idée bonne et a proposé dans la foulée d‘accueillir quelques rencontres.

WENGER A DES DOUTES

“Nous félicitons l‘UEFA pour avoir eu cette idée qui est plus que bienvenue en ces temps de difficultés économiques. Cela va aussi offrir au Portugal l‘opportunité d‘accueillir des matches de l‘Euro 2020 dans des stades que nous avons construits pour (l‘Euro) 2004”, a-t-il dit.

Son homologue allemand, Wolfgang Niersbach, lui a emboîté le bas en annonçant qu‘une ville allemande serait candidate.

L‘Angleterre, l‘Ecosse et l‘Italie ont également profité de l‘annonce de cette initiative en faisant acte de candidature.

La Fédération anglaise (FA) a d‘ores et déjà proposé d‘accueillir la finale à Wembley, l‘Ecosse a proposé le Celtic Park, Hampden Park et Ibrox Park, à Glasgow. L‘Italie a évoqué Rome et Milan.

Parmi les personnalités du monde du football européen qui se sont exprimées vendredi sur le sujet, le Français Arsène Wenger est apparu comme l‘un des moins conquis.

“L‘avantage est que cela va permettre à toute l‘Europe d’être concernée par le tournoi”, a dit l‘entraîneur d‘Arsenal.

“L‘inconvénient, c‘est qu‘en général, l‘organisation de ce genre de tournoi permet de construire de nouvelles infrastructures qui s‘avèrent plus tard être très utiles: des stades, des terrains d‘entraînements et des nouveaux moyens de transport”, a-t-il poursuivi.

“C‘est toujours une occasion de moderniser les structures dédiées au football. Sur le long terme, c‘est important.”

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Grégory Blachier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below